Pourquoi il n'y aura jamais de bouton "j'aime pas" sur Facebook

High-tech

RÉSEAU SOCIAL - Autant on peut "liker" à tout va, autant Facebook n'a jamais souhaité ajouter un bouton "dislike" - je n'aime pas - dans son réseau social. Un ancien employé explique la raison de ce refus.

C'est le créateur du bouton "like" qui a lui-même donné l'explication. Car, oui, il y a une bonne raison pour laquelle Facebook n'a jamais consenti à ajouter un bouton "j'aime pas" à côté de son célèbre pouce levé "j'aime". Dans un  entretien au site Techradar , Bret Taylor explique que ce choix a été fait afin d'entretenir l'esprit positif du réseau social.

Le bouton "dislike" est "revenu souvent sur le tapis, explique Bret Taylor. En fait, même le mot 'like' lui-même a fait l'objet d'un grand débat. Mais en ce qui concerne le bouton dislike, la raison principale est que, dans le cadre du réseau social, la négativité de ce bouton aurait de multiples conséquences malheureuses."

Pas de spirale négative sur Facebook

Et il ajoute : "La raison pour laquelle nous avons lancé le bouton like en premier lieu, c'est qu'il arrivait fréquemment que les gens veuillent indiquer avoir pris connaissance d'un message posté par un proche n'aient rien à dire de plus. Et beaucoup de commentaires se contentaient d'un seul mot comme 'cool' ou 'wahou' de sorte qu'avec le bouton "J'aime", ils pouvaient faire tout cela en un clic. Ça ne veut pas juste dire 'J'aime'."

Pour lui, si on n'aime pas quelque chose, il est préférable d'écrire un commentaire et d'expliquer pourquoi (parce qu'on est triste pour la personne qui annonce une mauvaise nouvelle ou parce qu'on n'est pas d'accord avec une prise de position par exemple) plutôt que de simplement cliquer sur un bouton "j'aime pas" trop négatif et éventuellement cynique. Comme on dit sur les réseaux sociaux : "haters gonna hate" (les haineux continueront de détester).

En savoir +
Sauvegardez toutes vos photos et vidéos Facebook simplement
WhatsApp : Comment Facebook en est venu à payer 22 milliards pour une application
Facebook teste le transfert d'argent via le service Messenger
Astuce geek : utiliser des émoticônes sur Facebook
 

Lire et commenter