Faille dans les processeurs Intel : pourquoi votre ordinateur pourrait être ralenti

Faille dans les processeurs Intel : pourquoi votre ordinateur pourrait être ralenti

DirectLCI
BUG - Une faille de sécurité, passée inaperçue pendant 10 ans, vient d'être découverte dans les processeurs Intel qui équipent la plupart des ordinateurs et serveurs dans le monde. Les correctifs qui doivent être déployés pourraient ralentir les performances de ces appareils de 5 à 30%.

Le fabriquant de composants informatiques Intel a trouvé une importante faille de sécurité dans ses processeurs vendus depuis environ 10 ans. Ce sont ces processeurs qui équipent la plupart des ordinateurs de bureau, portables, et serveurs dans le monde. 


Concrètement, cette faille de conception -  ou de "design", dans le jargon informatique - pourrait permettre à des pirates d'accéder à des informations privées stockées dans la mémoire de nos ordinateurs, par exemple "des mots de passe, des clefs d’authentification, des fichiers cachés", comme l'explique le site spécialisé en informatique The Register.


"Le souci concerne la façon dont nos machines accèdent aisément au noyau (le kernel) du système d'exploitation pour travailler dans les meilleures conditions possibles. Il semble hélas qu'il soit envisageable pour un hacker d'accéder au noyau, un point des plus sensibles, et il est alors prévu qu'il soit isolé pour le protéger", poursuit le site.

Que faire ? Attendre la mise à jour

Ce problème concerne tous les systèmes d'exploitation : Windows, MacOS, Linux. Les entreprises concernées, notamment Microsoft et Apple, devraient mettre à jour leurs systèmes pour corriger la faille. Selon The Register, la mise à jour de Windows devrait arriver ce mardi. Problème : ces mises à jour devraient engendrer une baisse de performance des processeurs de 5 à 30 %, car elles rendraient le noyau du processeur plus difficilement accessible.


Pour les particuliers, il n'y a rien à faire à part attendre ces mises à jour des systèmes d'exploitation. Mais de nombreuses administrations et entreprises stratégiques vont devoir effectuer des mises à jour complexes, ce qui peut occasionner de nombreux problèmes, par exemple dans le cas ou des "clouds" (des espaces de stockage à distance) seraient redémarrés, ou dans le cas ou des systèmes d'information complexes seraient profondément modifiés. 

Le PDG d'Intel a vendu un maximum de stock-options avant l'annonce de la faille

Le PDG d'Intel, Brian Krzanich, est au coeur de la polémique, après avoir vendu certaines actions Intel qu'il possède peu avant l'annonce de la faille de sécurité. Il aurait en effet liquidé le plus possible de stock-options (des actions d'Intel obtenues à un prix préférentiel) le 29 novembre 2017. Il n'aurait gardé que le strict minimum lui permettant de rester à son poste, soit 250.000 actions. Une transaction régulière, mais qui avait, dès le 19 décembre, suscité l'étonnement du site d'intelligence économique The Motley Fool

Au regard des révélations sur l'importante faille de sécurité concernant tous les processeurs Intel, cette vente de stock-options par le PDG de l'entreprise californienne apparaît aux yeux de certains d'autant plus suspecte. À cette heure, Intel n'a toujours pas officiellement réagi.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter