Protection des données : amende record de 5 milliards de dollars en vue pour Facebook

High-tech

Toute L'info sur

La Matinale

LE CHIFFRE ÉCO - Selon plusieurs médias, la FTC, l'agence de régulation fédérale américaine, pourrait infliger une amende de cinq milliards de dollars à Facebook pour manquement à ses engagements en matière de protection des données de ses utilisateurs. Une sanction record pour le réseau social avec une conséquence inattendue : le cours de son action a flambé en bourse...

C’est une amende record qui se profile à l’horizon pour Facebook, l’un des derniers reliquats de l’affaire Cambridge Analytica qui secoua le réseau social il y a près de deux ans. Selon plusieurs médias américains, la firme de Mark Zuckerberg serait parvenue à un accord à l’amiable avec la FTC, l’agence de régulation fédérale américaine, pour fixer une amende et des restrictions d’utilisation des données personnelles de ses utilisateurs.

Pour ses manquements en matière de protection des données utilisateurs, Facebook devrait se voir confirmer une amende de cinq milliards de dollars (environ 4,4 milliards d’euros), soit 10% de son chiffre d’affaires. Aucun détail n’a filtré sur l’accord, mais le Wall Street Journal a levé le voile sur la décision de la FTC qui doit encore être entérinée par le ministère de la Justice américain.

Lire aussi

Si la somme a de quoi impressionner, elle ne doit pas faire trembler Facebook tant que cela. A l’annonce de la sanction possible – dans la perspective de laquelle la société de Palo Alto avait mis trois milliards de dollars de trésorerie de côté-, la Bourse a connu un sursaut inattendu. L’action a atteint son plus haut niveau depuis un an (environ 205 dollars, + 1,8%). Cela vient s’ajouter à des chiffres qui font toujours briller les yeux des investisseurs.  Le chiffre d’affaires trimestriel a connu une hausse de 26% à 15 milliards de dollars (55 milliards pour 2018) et les économistes tablent sur un bénéfice annuel de plus de 20 milliards de dollars. 

Une situation qui choque aux Etats-Unis. "Cinq milliards de dollars, c'est beaucoup d'argent sauf pour Facebook. C’est l’équivalent d’un mois de chiffre d’affaires, et la Bourse le sait. La valorisation de l’entreprise en Bourse a grimpé de six milliards après l’annonce. C’est une amende dont la conséquence directe a été d’augmenter la fortune personnelle de Mark Zuckerberg", s'est emporté John Naughton, spécialiste des nouvelles technologies, dans une tribune pour le Guardian.

10% d'un chiffre d'affaires qui ne cesse de croître

Selon le New York Times, des restrictions doivent accompagner l’amende, mais elles ne devraient pas être trop sévères. Les médias évoquent un contrôle plus strict des pratiques de Facebook afin de respecter la vie privée de ses utilisateurs, mais pas un changement fondamental dans l’approche ni une véritable prise de conscience de la responsabilité qui lui incombe. L’interrogation demeure, même si cette première décision de la FTC sonne comme un avertissement pour les géants du numérique qui sont convoqués ce mardi par le comité antitrust de la Chambre des représentants. "Les amendes et les sanctions ne sont efficaces que lorsqu’elles montrent qu’il y a des conséquences pour une entreprise se comportant mal. Mais Facebook s’est constamment mal comporté depuis sa création, et n’a reçu que des tapes sur la main de la part des autorités et des récompenses du marché", regrette The Verge dans un éditorial.

L’enquête initiale de la FTC visait à savoir si Facebook avait enfreint un accord à l’amiable de 2011 dans lequel il s’engageait au respect des données personnelles de ses désormais plus de 2,7 milliards d’utilisateurs actifs mensuels et à la transparence quant à leur utilisation. Facebook s’en sert notamment pour en tirer des revenus publicitaires gigantesques.

Lire et commenter