Qu'est-ce que "Wanted Community", ce réseau de groupes français à qui Facebook donne un million de dollars ?

High-tech
DirectLCI
COCORICO ! - Le réseau social américain a récompensé 115 internautes gérant des groupes et des communautés dans le monde. L'un d'eux est français : il s'agit de Wanted Community, un réseau de groupes Facebook sur lequel pas moins de 800.000 personnes se partagent bons plans et conseils.

Il y a quelques mois, Facebook lançait son "Leadership community", une initiative visant à soutenir des communautés Facebook qu’il estime jouer "un rôle crucial dans la création de lien et le partage". Au total, pas moins de six mille groupes Facebook administrés par des utilisateurs, souvent bénévoles, ont ainsi postulé à ce programme avec à la clé des bourses et des formations. Le site de Mark Zuckerberg a révélé, dimanche 23 septembre, le nom des lauréats lors du forum Mashable Social Good Summit de New York. Et l'un d'eux est bien connu des internautes français :  le très populaire groupe Facebook français Wanted Community, qui a décroché une bourse de 850.000 euros.


Fondé en 2011 par trois Français, ce réseau d’entraide rassemble aujourd’hui plus de 800.000 internautes, qui ne se connaissent pas mais se partagent des bons plans et des conseils. Reprenant le principe des bons vieux forums, on peut y publier des petites annonces, formuler des demandes de renseignements, ou toute autre publication qui requiert l'aide des internautes. Trouver un logement. Revendre un billet de train. Dégoter des bras pour un déménagement. Retrouver un(e) bel(le) inconnu(e) croiser dans le métro. Ou encore, nourrir son chat lorsqu’on part en vacances. On compte aujourd’hui sur Facebook quatre-vingt-deux "Wanted". Certains sont dédiés à des villes (bons plans, vide-greniers, offres d'emplois, etc.), d’autres sont consacrés à un thème : animaux, vêtements, par exemple.

Les trois créateurs ne gagnent pas d'argent

La communauté des "Wantediens" est gérée par trois Français originaires de Bordeaux, Christian Delachet, Jérémie Ballarin et Luc Jaubert, le fondateur, il y a sept ans, du tout premier "Wanted #Bons plans", rebaptisé depuis "Wanted Community Paris". A l'époque, il était le gérant d’un café-brasserie à Paris. En 2015, alors que l'unique groupe compte environ 30.000 membres, il décide de quitter son travail pour se consacrer pleinement à ce projet et lance dans la foulée "Wanted Community Bordeaux". Christian fera de même quelque mois plus tard. Après six ans comme avocat fiscaliste au sein du cabinet parisien Ernst & Young, il se lance à son tour dans l'aventure. Seul Jérémie, consultant en communication et qui a fondé sa propre entreprise, a conservé son emploi. 


Cependant, les trois créateurs de communauté ne gagnent pas d’argent avec cette activité et doivent s’appuyer, pour la faire fonctionner, sur l’aide de dizaines de modérateurs bénévoles. La raison : une règle imposée par Facebook, qui interdit de monétiser les audiences des groupes, par exemple avec de la publicité. "Souvent, c’est le manque de moyens qui les freine, et c’est pour cela que nous avons créé le Facebook Community Leadership Program", explique le réseau social américain dans un communiqué. Pour ces mêmes raisons, Facebook teste depuis le mois de juin l’accès payant aux groupes. Les membres peuvent s’acquitter chaque mois d’une petite somme d’argent en échange de l’accès à des contenus exclusifs. 

De l'argent, mais un aussi une formation

Longtemps oubliés, les groupes connaissent une seconde vie sur le réseau social, alors que les utilisateurs sont de moins en moins enclins à partager des choses personnelles sur leur profil. Plus proche de l’origine même de Facebook, ils permettent aux utilisateurs de se connecter et d’échanger sans le prisme commercial des Pages. "Construire une communauté globale, qui fonctionne pour tout le monde, commence par la construction de millions de groupes plus petits, qui répondent à nos besoins personnels, émotionnels et spirituels", exposait l’an dernier Mark Zuckerberg, lors de ses vœux. Pour Facebook, c’est évidemment aussi un moyen d’en savoir plus sur les intérêts de ses utilisateurs, en fonction des groupes qu’ils rejoignent.


En plus d’un million de dollars, les administrateurs de Wanted Community vont, à compter de cet automne et jusqu’à l’été 2019, recevoir un accompagnement et une formation de la part des équipes du réseau social. Par ailleurs, cet argent devrait leur permettre de financer un projet. Les fondateurs de Wanted expliquaient à nos confrères du Monde en mai dernier qu’ils ambitionnaient de mettre en place une plate-forme de services (pour trouver des plombiers et des serruriers, par exemple), un site d’aide à la recherche de travail ou de logement pour les membres de Wanted. Début septembre, les trois compères ont ouvert un café-restaurant à Bordeaux. Avec l'argent de Facebook, ils pourraient ouvrir d'autres espaces en France du même type, afin de permettre aux membres de leur communauté de se retrouver et de travailler sur des projets en commun

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter