Quand puis-je changer ma photo de profil "Je suis Charlie" ?

High-tech
ANALYSE – Omniprésentes sur les réseaux sociaux depuis deux semaines, les photos de profil "Je suis Charlie" ont depuis tendance à disparaître. Que traduit ce mécanisme ? Metronews l'a demandé au sociologue Stéphane Hugon.

Créée par Joachim Roncin, un directeur artistique, le jour même de l'attentat dans la rédaction de Charlie Hebdo, l'image "Je suis Charlie" a fleuri sur les réseaux sociaux. Difficile d'échapper à un compte Twitter ou Facebook qui ne l'affichait pas. Souvent, les internautes ont changé leur photo de profil pour ce message fort. Mais presque deux semaines après l'attaque, le logo a tendance a disparaître progressivement. Comment expliquer ce mécanisme ? Le sociologue Stéphane Hugon décrypte le phénomène pour metronews.

Tout d'abord, que représente la photo de profil sur les réseaux sociaux ?
C'est une nouvelle manière de construire son identité, mais c'est un paradoxe. C'est à la fois une photo d'identité, comme sur un passeport ; une manière de montrer son humeur du moment, mais aussi de construire son identité dans le regard de l'autre. Le présupposé valable il y a encore quinze ans que l'identité était pérenne n'existe plus. On peut être un homme et devenir une femme, on peut être de gauche et devenir de droite. Ce qui était suspect est devenu une qualité. Nous sommes devenus des caméléons.

Comment expliquer l'engouement autour de cette image "Je suis Charlie" ?
Il est en premier lieu affectif et non pas politique. Les gens avaient besoin de cette fusion même éphémère. Auparavant pour affirmer son identité, on devait s'émanciper, ne pas subir l'autre. C'est notamment la figure du héros hollywoodien en quête de liberté. Il y a eu un renversement dans les années 90. Désormais on ne se détache plus des autres, mais on fusionne, le mimétisme est devenu la règle.

Depuis quelques jours, les internautes ont tendance à remplacer l'image "Je suis Charlie" par une photo de profil classique, comment expliquer ce mécanisme ? Y a-t-il un délai "correct" dans ce genre de cas de figure ? Faut-il expliquer ce changement sur son mur Facebook ou Twitter ? 
C'est le retour de la rationalité. Sur les quatre millions de personnes qui ont défilé le 11 janvier, trois millions n'avaient certainement jamais ouvert Charlie Hebdo. Mais c'est également un processus de deuil, ce qui est positif, un retour à la normalité. Certains pourraient le percevoir comme une trahison, mais ce n'est pas parce que j'enlève mon statut que je n'ai pas été sincère.

Au final que traduit l'ensemble de ce phénomène dans la société ?
Au-delà de Charlie, tout cela est la preuve que la société se cherche, aussi bien dans les événements tragiques que joyeux. Nous avons toujours la surprise du lien social, comme nous l'avions déjà observé en 1998 quand un million de personnes s'était retrouvé après la finale de la Coupe du monde. Et on notera également que les politiques restent en marge de tout cela, plus que jamais.

En savoir +
- #JeSuisCharlie, l'un des hashtags les plus populaires de l'histoire de Twitter
- Les Anonymous préparent des représailles avec l'opération #OpCharlieHebdo

 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter