Quatre siècles plus tard, une IA démontre que Shakespeare n’a pas écrit "Henry VIII" tout seul

William Shakespeare et sa pièce Henri VIII
High-tech

Toute L'info sur

Jusqu'où ira l'intelligence artificielle ?

VERDICT - C’est la fin d’un mystère vieux de pratiquement deux siècles. Une intelligence artificielle est parvenue à décrypter le style de la pièce de théâtre Henri VIII écrite par William Shakespeare. Et elle est arrivée à la conclusion que le dramaturge britannique n’en était pas le seul auteur.

Shakespeare a-t-il vraiment écrit seul toutes ses œuvres ? La théorie d’une aide à l’écriture ou de l’existence d’un "ghostwriter" (un prête-plume engagé pour finir ou même écrire au nom de quelqu’un d’autre)  se murmure depuis belle lurette . Il fut même évoqué l'idée que Shakespeare n'aurait pas existé et serait en fait le pseudonyme de plusieurs auteurs. 

Dès le milieu du XIXe siècle, un lettré du nom de James Spedding avait émis l’hypothèse que John Fletcher, successeur de l’auteur de Mac Beth au sein de la Compagnie royale King’s Men, avait pu participer à l’écriture de la pièce Henri VIII, écrite au début du XVIIe siècle. Dans son essai Qui a écrit Henri VIII ?, Spedding avait étudié les mots utilisés ainsi que le style du moindre acte pour arriver à sa conclusion. Mais sans parvenir à convaincre.

Lire aussi

Une écriture à quatre mains et deux styles

Près de 170 ans plus tard, c’est la science qui vient étayer sa thèse. Un chercheur de l'Académie tchèque des Sciences, Petr Plechac, a mis au point une intelligence artificielle capable d’analyser les oeuvres de Shakespeare (étude à lire ici en anglais). L’IA a ainsi avalé des écrits de différentes époques de ce dernier (Coriolan, Cymbeline, Le Conte d’hiver et La Tempête), mais aussi des pièces de Fletcher (Valentinian, Monsieur Thomas, The Woman’s Prize et Bonduca). Plechac lui a aussi fait "lire" des scènes tirées du travail de Philip Massinger, autre représentant du théâtre élisabéthain qui a succédé à Fletcher au sein de la compagnie royale. L’algorithme a appliqué ses connaissances à la pièce Henri VIII pour déterminer les auteurs des différents passages de l'oeuvre. Et d'arriver à une conclusion implacable : Shakespeare n’est pas le seul derrière sa conception.

L’IA s’est attachée au rythme du texte (la versification) et aux mots utilisés pour repérer d’éventuelles différences de style. Et elle a ainsi pu découper le processus de création : Shakespeare serait bien l’auteur des deux premières scènes et Fletcher aurait rédigé les quatre suivantes. Le poète à la renommée internationale se serait ensuite attelé à la rédaction jusqu’à la scène 3 de l’acte II dont il est conjointement à l’origine avec Fletcher qui a, ensuite, repris la main pour écrire la suite et l’Acte III. Shakespeare serait le seul responsable des premières scènes des Actes IV et V, puis possiblement de quelques passages. "L’IA a pu différencier très nettement les styles des deux auteurs. Et appliqué au texte d’Henri VIII, il apparaît clairement que les deux auteurs ont été impliqués," conclut Petr Plechac. En revanche, Massinger n’aurait pas contribué à la pièce, selon lui.

En vidéo

Intelligence artificielle : la prochaine révolution ?

La théorie de Spedding s’est donc avérée vraie. Plechac note quelques différences entre l’analyse de celui-ci et la vérification par l’IA, notamment pour la scène 2 de l’Acte II qui était, pour Spedding, l’œuvre des deux dramaturges alors que l’IA l’a attribuée au seul Fletcher.

En podcast

Tous nos podcasts sont à écouter ici.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter