Quels sont les atouts de la très controversée StopCovid, téléchargeable dès ce mardi ?

Quels sont les atouts de la très controversée StopCovid, téléchargeable dès ce mardi ?
High-tech

PANDÉMIE - L'application StopCovid, présentée par le gouvernement comme un des atouts majeurs de la phase 2 du déconfinement, sera disponible au téléchargement à partir ce mardi 2 juin.

C'est donc aujourd'hui le jour-J. Après des semaines de débat, l'application de traçage numérique StopCovid est disponible au téléchargement pour les smartphones Android et iOS depuis ce mardi 2 juin à la mi-journée. Sur la base du volontariat, elle doit permettre de lutter contre la pandémie de coronavirus (Covid-19) en France, en permettant d’identifier les cas contacts et de prévenir les personnes ayant croisé à moins d'un mètre, et de manière prolongée, des personnes diagnostiquées positives à ce virus. Ses détracteurs dénoncent, depuis l'annonce du projet en avril dernier, un dispositif dangereux pour les libertés publiques. Certes, le dispositif a ses failles et son efficacité n’est pas garantie à 100%. Néanmoins, en dépit des critiques, son intérêt sanitaire est indéniable. LCI fait le point.

Lire aussi

Son adoption est simple comme un jeu d’enfant

Pour utiliser l’application StopCovid, il faut d’abord l’installer sur son téléphone. Pour cela, il suffit de se rendre sur les magasins d’applications et de la télécharger. Les possesseurs d’un modèle Android iront dans le Play Store de Google et ceux qui possèdent un iPhone dans l’App Store d’Apple. Elle est gratuite et s’installe en quelques secondes. L’application n'occupera que 16,5 Mo sur la mémoire interne de votre téléphone. Une fois installée, il faudra tout d’abord donner votre consentement puis accepter l’activation par défaut de la connexion sans fil Bluetooth ainsi que l’envoi des notifications. Dans la pratique, l’application propose un design épuré avec trois onglets en bas de l'écran : 

Protéger : le premier bouton sert à activer ou désactiver l'application. Il vous permet également de contrôler vos données personnelles et les effacer à tout moment.

Me Déclarer : le deuxième est de loin le plus utile puisqu'il vous permet d'alerter les autres utilisateurs de l'application que vous avez été testé positif au Covid-19. 

Partager : le troisième bouton sert quant à lui à envoyer un lien de téléchargement à tous les contacts de votre répertoire.

Vous êtes un code, votre nom n’apparaît jamais

L’utilisation de StopCovid se fait de manière anonyme. Sur la page d'accueil qui apparaît au moment de son activation, aucune information personnelle n'est à renseigner : ni nom, ni numéro de téléphone, ni adresse, ni même numéro de carte vitale L'application attribue simplement au téléphone qui l'héberge un numéro strictement anonyme. Plus précisément, un serveur central lui crée une clé cryptographique aléatoire. Pour renforcer la sécurité et limiter le risque de pistage, des clés temporaires, dérivées de la clé principale et changées régulièrement, seront générées par l’application, de sorte qu'elles empêcheront l'identification des utilisateurs de l'application. "La seule information que vont stocker les serveurs, c’est le fait que AWXY18 a rencontré Z3P5 sans jamais remonter à l’identité réelle des utilisateurs", schématisait pour TF1 Olivier Berni, directeur général de Lunabee Studio, la start-up française qui a développé l’application StopCovid.

En vidéo

Info / Infox : les rumeurs autour de l'application StopCovid

Elle n'utilise pas la géolocalisation, mais le Bluetooth

Pour repérer vos déplacements, l'application de traçage numérique StopCovid s’appuie sur la technologie sans fil Bluetooth des téléphones mobiles, en les transformant en émetteur-récepteur de signaux. De ce fait, elle n'utilise pas la géolocalisation de votre smartphone. Plus concrètement, l'application va stocker quotidiennement les clés temporaires émises par les autres applications installées sur des téléphones se trouvant à moins d'un mètre et pendant une durée d'au moins quinze minutes. Lors de son audition par la commission des lois de l’Assemblée nationale, le secrétaire d’État au Numérique était resté prudent quant à l’efficacité relative du suivi de contact par Bluetooth. Les tests "montrent, grosso modo, que nous captons entre 75 et 80 % des gens à proximité, soit à moins d’un mètre", avait déclaré Cédric O lors de son audition au Parlement. Un niveau de précision que les experts estiment néanmoins suffisant.

Elle permet de casser la chaîne de transmission

On sait aujourd'hui qu'une personne commence à être contagieuse avant même d'avoir des symptômes. Pendant ce temps-là, elle peut aller dans le métro ou faire ses courses et contaminer des gens, sans même s'en apercevoir. Avec le déconfinement, des personnes qui ne se connaissent pas vont être amenées à se croiser alors que le virus continue de circuler. Comme l’a rappelé le secrétaire d’Etat au Numérique Cédric O, l’application StopCovid s’adresse en priorité aux personnes qui vivent dans les villes et qui se rencontrent dans des lieux clos et faiblement aérés, comme les transports, les salles d'attente ou les magasins. Dans ces situations, il faut pouvoir réagir vite car on sait que le risque de transmission le jour précédent ou le jour de l'arrivée des premiers symptômes est particulièrement élevé, selon les épidémiologistes.

En vidéo

Edouard Philippe évoque l'application StopCovid

Elle permet potentiellement de sauver des vies

Dans une étude parue dans la revue Science, une équipe de chercheurs, qui a voulu savoir dans quelles conditions un suivi de contacts et l'isolement des cas suspects pouvaient arrêter une épidémie, assurait ainsi que "l'application réduit le nombre de cas et de morts à tous les niveaux d'adoption", en aidant à stopper des chaînes de transmission rapidement. De fait, pour parvenir à un tel objectif, il faut beaucoup d'utilisateurs installent l'application. Pour que son fonctionnement soit optimal, ces chercheurs estiment qu’il faudrait qu’au moins 60 % de la population la télécharge. Un défi qui ne semble pas insurmontable. Selon un sondage de l'université d'Oxford relayé en avril dernier par le quotidien Le Monde, huit Français sur dix se disaient alors enclins à l’utilisation d’une application enregistrant leurs interactions sociales et les avertissant s’ils ont été en contact avec une personne malade du Covid-19.

La Cnil estime que le dispositif respecte la vie privée

Le gouvernement a mis en avant et à plusieurs reprises le feu vert du gendarme français de la protection des données personnelles, la Commission nationale informatique et libertés (Cnil). L'autorité indépendante a estimé dans son avis rendu mardi 26 mai que le dispositif StopCovid respecte la législation relative à la vie privée, tout en réclamant une évaluation régulière et une information détaillée pour les utilisateurs. 

Toute l'info sur

Les défis du déconfinement

Transports, rassemblements... : quelles sont les mesures de restriction toujours en vigueur ?Retour à l'école obligatoire : en quoi consiste le "protocole sanitaire assoupli" ?

La Cnil juge ainsi que l’application peut être légalement déployée dès lors qu’elle apparaît être un instrument complémentaire du dispositif d’enquêtes sanitaires manuelles et qu’elle permet des alertes plus rapides en cas de contact avec une personne contaminée, y compris pour des contacts inconnus.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent