Quora, le nouveau réseau social de "questions-réponses" débarque en France : Justin Trudeau l'a adopté

High-tech

ENCYCLOPÉDIE VIVANTE – "Quora" a lancé ce vendredi sa version française. Ce réseau social, pas vraiment comme les autres, compte pas moins de 200 millions d’abonnés. L’idée : que chacun partage son savoir pour tenter d’apporter des réponses à notre quotidien.

"Pourquoi la France a-t-elle autant de ronds-points?", "Quel est le plus beau but de l’histoire du football ?", "Un sceau rempli d’eau. 50% de l’eau est prélevée chaque heure. Combien d’heures s’écoulera-t-il avant que le sceau ne soit complètement vide ?", "Que devrait faire quelqu’un qui voyage à Londres pour se sentir londonien?", autant de questions existentielles qui sont posées sur le réseau social d’un nouveau genre "Quora". Plus qu’un réseau social à vrai dire, un site communautaire de questions-réponses. Sciences, politique, sports, philosophie, voyage… la plateforme aborde pêle-mêle tous les thèmes de notre quotidien. 

La version francophone a débarqué ce vendredi après trois mois de tests. Dans le monde, cette plateforme a déjà fait ses preuves en sept ans d’existence en anglais. Quora, valorisée à 1,8 milliard de dollars, s’attaque désormais au marché international. Et son patron, Adam d’Angelo, un ancien collaborateur de Facebook, entend se différencier grâce à la crédibilité et la confiance des utilisateurs. Un moyen de lutter contre les "Fake news". 

Justin Trudeau friand du jeu des "questions-réponses"

La force de Quora réside en l'expertise de ses contributeurs. Et parmi les personnalités, un certain "Justin Trudeau, 23e Premier ministre canadien", c’est ainsi qu’il se présente sur son compte, suivi par près de 90.000 personnes. Ce dernier a déjà répondu à des dizaines de questions. La dernière en date : "En quoi la relation qu’entretient le Canada avec le Royaume-Uni et l’Union européenne a-t-elle changé dans le contexte du Brexit?". 

Lire et commenter