VIDÉO - Qwant, le moteur de recherche made in France qui ne s'intéresse pas à votre vie privée

DirectLCI
VIE PRIVEE - Qwant veut concurrencer Google. Le "petit" moteur de recherche français, qui a fait de la confidentialité des données personnelles son leitmotiv, vient de faire entrer la Caisse des Dépôts dans son capital, jeudi. Présentation.

 C'est l'histoire de petits Français qui voulaient s'attaquer à un gros... marché. Celui des moteurs de recherche sur Internet. Ils sont trois, Eric Léandri l'expert en sécurité, Jean-Manuel Rozan l'investisseur, et Patrick Constant l'ingénieur, à unir leurs forces dès 2010 pour mettre au point un moteur qui sorte des carcans actuels façonnés par les Google, Yahoo et autre Bing : Qwant.com. "On a relevé le challenge pour faire différemment, avoir une alternative à offrir quand les géants américains repensent la recherche selon d'autres critères qui n'ont rien à voir, pour donner à l'internaute ce qui correspond à ses goûts et non pas à ce qui est disponible", explique Jean-Manuel Rozan. "Comme l'a lui-même dit Larry Page : 'Google, ce n'est plus un moteur de recherche, c'est un univers'."


Qwant  - un assemblage entre "Quantique" et "Want" (vouloir en anglais, mais dans le sens "Wanted", recherché, nous explique-t-on)- a donc voulu "revenir aux moteurs de recherche de 1998", quand le plus important pour les AltaVista, Lycos et autre Google des débuts voulaient brasser le plus d'informations possibles pour tout mettre à disposition des internautes. "Notre idée de départ était de donner à l'ensemble de l'internet en étant neutre, "la Suisse de l'internet"", explique Eric Léandri. 

Garantir la confidentialité des utilisateurs avant tout

 Qwant promet ainsi aucun trackage : "On se fout de vos informations, de savoir qui est connecté et recherche quoi à ce moment précis. Pas besoin de savoir où vous êtes", nous martèle-t-on. "Ce que nous prônons, c'est la transparence et la sécurité. On respecte votre vie privée ! Il n'y a pas de cookies traqueurs ni d'étude sur vos comportements. Nos Conditions générales d'utilisation ne font que deux pages quand d'autres vous en font lire 65. Nous n'avons rien à vous cacher."


Le moteur de recherche veut donc offrir une nouvelle expérience utilisateur et "restaurer la confiance sur internet". Pour cela, les fondateurs ont un credo : les résultats du web et tous les résultats possibles de manière totalement neutre. Pas d'historique de vos recherches qui entre en compte pour hiérarchiser les informations qui vous sont données, pour trier avant vous les résultats. "Notre ranking se fait en fonction de ce que vous faites, des tendances du moment et des signes forts envoyés par les réseaux sociaux", ajoute Jean-Manuel Rozan. Vous cherchez Barcelone et il y a un match de football face au Real Madrid le soir même. Les résultats auront tendance à être davantage orientés vers cette tendance, sans oublier pour autant l'aspect touristique ou historique de la ville. Pour l'aspect financier, pas de pub outrancièrement présente sur le site. C'est en passant par le "shopping" et l'achat de l'utilisateur qu'ils prendront une commission au passage.   

Sur Qwant, la recherche se décline en trois grandes colonnes de résultats qui permettent d'obtenir un large spectre de ressources : les sites web, les actualités et ce qui se dit sur les réseaux sociaux (principalement Twitter). Les images sont alignées en tête de page tandis que les vidéos ou le shopping sont sous des onglets adjacents à "Images" et peuvent prendre sa place sans que vous n'ayez à quitter la page. Sur la colonne de gauche, vous pouvez choisir d'obtenir davantage de résultats à votre requête selon un type précis (web, actualités, social, images, vidéos, shopping). Le seul endroit où l'on vous demande des informations et de créer un profil est dans la partie "Carnet", sorte de recensement de vos liens favoris. 

Qwant Junior, le moteur sécurisé pour les élèves validé par l'Education nationale

Sécurité, transparence, respect de la vie privée : des valeurs que Qwant décline également auprès des plus jeunes. Et avec le soutien des instances publiques. Après un an de tests menés avec le ministère de l'Education nationale, Qwant Junior va être déployé dans les établissements scolaires français, du primaire au lycée. Il s'agit d'un cadre ultra-sécurisé pour apprendre la recherche d'information aux enfants. "Nous n'avons pas seulement ôté les résultats avec du contenu pour adultes (sexe, drogue), mais aussi tout ce qui avait trait à la violence", avance Jean-Manuel Rozan. "Si vous tapez Bataclan sur Qwant Junior, vous aurez les informations sur la salle de spectacle en première page, les actualités sont accessibles sur la colonne de gauche. Mais vous ne verrez aucune image du drame !" Pas de vidéos non plus. En tapant "Bataclan", vous vous retrouvez avec une galerie de vidéos sur le contrôle parental... 

 Mis à disposition des écoles, collèges et lycées depuis le 1er décembre, Qwant Junior est destiné aux enfants de 6 à 13 ans, avec un contenu qui leur est adapté et plusieurs garanties : aucune traçabilité des requêtes, valorisation de contenus pédagogiques en page d'accueil validés par les enseignants et le ministère, une liste noire établie par les chercheurs de l'Université de Toulouse 1, aucune publicité comme chez le grand frère Qwant. Le service permettra également aux équipes éducatives des établissements de partager les informations avec les élèves au moyen de dossier (basé sur l'option "carnet"). D'un simple clic, les enseignants pourront supprimer ou indiquer un contenu inadapté aux enfants, si celui avait réussi à passer les filtres en place. Un module "Qwant Education" propose des liens vers des sites spécialisés (Sciences et Vie, Wikipedia, Geo, Educ.gouv.fr...) ou des sites avec du contenu éducatif (blogs, sites d'école...).



Deux adresses sont à disposition des élèves :

- junior.qwant.com réservée aux professeurs des écoles et aux élèves, et accessible grâce à un code communiqué par l'Education nationale.

- qwantjunior.com accessible dans tous les foyers 

VIDEO. "Qwant junior" : le moteur de recherche spécifique pour les enfants

En vidéo

"Qwant junior" : le moteur de recherche spécifique pour les enfants

Qwant est désormais disponible en 16 langues -dont le corse !- et 25 pays principaux, mais ce sont quelque 166 pays qui y ont accès, avec des croissances fortes, hormis en France, dans des pays comme l'Allemagne, l'Australie, l'Espagne, l'Italie ou le Brésil. Si ses fondateurs ont un regret, c'est que les géants comme Chrome n'ajoutent pas Qwant dans les moteurs de recherche à disposition. "Nous sommes français, nous sommes européens et nous indexons nos recherches en ce sens", souligne Eric Léandri. "Nous voulons être une alternative européenne à l'omniprésence américaine sur les moteurs de recherche". 

Plus d'articles

Sur le même sujet