Rachat de SFR : Bouygues abat ses dernières cartes

Rachat de SFR : Bouygues abat ses dernières cartes

High-tech
DirectLCI
TÉLÉPHONIE - Bouygues refuse de baisser les bras. Ses 2 offres réévaluées d'achat sur SFR restent valides jusqu'au 25 avril. Le temps pour Vivendi de prendre une décision sur l'offre de Numericable.

Le moins que l'on puisse dire est que Bouygues est tenace : nouvelle proposition ce 2 avril 2014, pour essayer de rendre les négociations avec Vivendi encore plus attractives. Le groupe vient en effet d'annoncer que son offre du 12 mars était également prolongée jusqu'au 25 avril, Vivendi ayant désormais le choix entre 2 formules jusqu'à cette date butoir.

"En réponse aux demandes de certains actionnaires de Vivendi, Bouygues maintient la validité de l'offre présentée le 12 mars" indique ainsi un communiqué officiel du groupe Bouygues. "Cette offre donne un plus grand intérêt à Vivendi dans la nouvelle entité, et donc une plus grande création de valeur et des synergies plus importantes".

500 millions d'euros versés à Vivendi en cas d'échec du rachat par Bouygues

Après une première offre de 11,3 milliards d'euros puis une seconde de 13,15 milliards d'euros (+ 1,85 milliard) le 20 mars dernier, la maison mère de Bouygues Telecom montre qu'elle est plus que jamais intéressée par son rival SFR. Elle annonçait le mardi 1er avril, que son offre qui devait prendre fin le 8 avril était prolongée jusqu'au 25 avril prochain.

"Bouygues souhaite ainsi permettre à Vivendi de procéder de façon sereine et approfondie à l'examen de son offre et aux échanges que requiert une opération aussi importante", a indiqué le groupe de Martin Bouygues dans un communiqué. Et de préciser qu'il s'était "engagé à payer un break-up fee de 500 millions d'euros si les autorités réglementaires refusaient d'approuver l'accord de rapprochement ou si Bouygues retirait sa demande d'autorisation compte tenu des remèdes exigés. Cette indemnité témoigne de la confiance de Bouygues dans sa capacité à obtenir les autorisations réglementaires."

De la sorte, Bouygues veut se laisser toutes les chances de son côté dans la perspective d'éventuelles négociations avec la Vivendi, propriétaire de SFR, qui est entré le 14 mars 2014, et pour trois semaines, en négociation exclusive avec le câblo-opérateur Numericable . Ce dernier, afin de renforcer encore son offre, a promis depuis de ne licencier aucun employé de SFR pendant une durée de 36 mois (trois ans).

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter