Recharge sans fil : sale temps pour les câbles

Recharge sans fil : sale temps pour les câbles
High-tech

Toute L'info sur

La Matinale du week-end

C’EST POUR DEMAIN - De la recharge sans fil disponible partout, en voiture, dans des batteries portables, jusque dans l’alimentation des ordinateurs. En attendant de transformer toute surface en chargeur, et même que la recharge sans fil vienne du ciel, pour ne plus y penser.

C’est probablement le plus mal aimé des accessoires du quotidien. Le câble de recharge, celui que l’on perd, que l’on n’a jamais avec soi au bon moment, qui alimente le fouillis de câbles qui rechargent tous nos appareils - dont la liste s’allonge avec le temps - bref, un fil à la patte dont on se passerait bien. 

Depuis quelques années déjà, bon nombre de smartphones supportent la recharge sans fil, une technologie qui - oh bonheur - a son standard, baptisé Qi (prononcez “shi”), sur lequel tous les constructeurs se sont alignés, offrant un bonus majeur à la recharge sans fil : ici, tous les chargeurs sont compatibles avec tous les smartphones.

Du sans fil dans les batteries portables, et en voiture

Côté nouveautés, si l’Airpower d’Apple ne sortira finalement pas, les chargeurs basiques ne sont plus seuls sur le marché. Parmi ceux que nous avons testé, chez Moshi, une batterie portable de 5000 milliampères de capacité, de quoi recharger n’importe quel smartphone, avec un fil, ou sans, en le posant sur la surface de la batterie.

Idem en voiture, avec un support à poser grâce à une ventouse sur le pare-brise, ou avec une griffe qui s’accroche aux déflecteurs des bouches de ventilation. Le support est à connecter à un chargeur branché sur l’allume-cigare, si la voiture ne dispose pas de ports USB. Mais une fois branché, fini les câbles, plus besoin de connecter et déconnecter le téléphone quand on prend sa voiture ou quand on la quitte. Le smartphone se glisse dans le support d’une seule main, deux languettes parées de plastique souple viennent sécuriser l’ensemble quand on pose le téléphone sur son support, qui se met à recharger immédiatement. Élégant, et efficace, le Powercar Contact de X-Moove coûte une soixantaine d’euros.

Lire aussi

Enfin, chez Moshi, signalons le couteau suisse (modèle 24 lames) de la recharge, le Symbus Q, un bloc d’alimentation à brancher sur le courant, pour alimenter grâce à une prise USB-C un ordinateur portable PC ou Mac récent. Surtout, le bloc d’alimentation est aussi un hub qui offre des prises USB, une prise réseau, un connecteur vidéo HDMI, mais aussi une recharge sans fil pour le smartphone. Une alimentation unique pour tous ses appareils connectés, pratique mais un peu coûteuse, 160 euros environ.

Un avenir 100% sans fil

L’avenir de la recharge sans fil, c’est d’abord de pouvoir transformer n’importe quelle surface en chargeur sans fil. C’est l’idée d’EnerQI, un petit galet à poser sous la table, le bureau, la table basse ou de chevet, qui saura recharger un téléphone compatible même au travers quatre centimètres de bois. Une façon de faire disparaître la recharge, de la rendre invisible, proposée autour d’une soixantaine d’euros sur le site de financement participatif Indiegogo.

Surtout, la prochaine génération de technologies de recharge sans fil est déjà sur les rails. Une recharge à longue portée, comme ce qu’a imaginé WiCharge, avec un chargeur à poser au plafond, qui détecterait tous les appareils compatibles dans la pièce, qu’il pourrait recharger à distance. Plus de recharge par induction,mais des lasers à infrarouge dirigés vers les appareils, une technologie que l’on verrait d’abord apparaître dans des étuis, en attendant de voir comment elle serait intégrée directement au coeur des smartphones. De quoi laisser la recharge se gérer tout seul, sans câble, sans même s’inquiéter de savoir où se trouve le chargeur, mais aussi de quoi alimenter à la maison toutes sortes d’objets connectés, à suivre...

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter