Rise of The Tomb Raider : Alice David, de Bref à Lara Croft

DirectLCI
JEU VIDEO - Alors que Rise of The Tomb Raider sort ce vendredi sur Xbox One et Xbox 360, MYTF1News a rencontré Alice David, actrice de Babysitting 2 et de la série Bref, mais aussi voix française de Lara Croft. Un rôle vidéoludique marquant pour une actrice multifacettes et les pieds bien dans le réel.

Véritable enfant du spectacle, avec une mère comédienne et un père directeur de théâtre, Alice David n'est finalement venue au cinéma que tardivement. A tout juste 28 ans, la belle Sonia de Babysitting 2 et cette fille qui faisait tourner la tête de Kyan Khojandi dans Bref a déjà tracé un sacré début de carrière, entre théâtre, télévision et grand écran. Mais elle sait aussi ajouter d'autres cordes à son arc en prêtant notamment sa voix à un personnage mythique du jeu vidéo, Lara Croft.

 Avec des parents déjà issus du milieu du spectacle, on se dit qu'actrice, c'était une voie toute tracée pour vous...

ALICE DAVID : C'est venu en fait très tard par rapport aux gens qui font ce métier. C'est souvent une vocation d'enfance. Ayant grandi dans ce milieu, j'ai été bercée dans les loges des théâtres. J'ai suivi mes parents un peu partout. Je n'ai finalement commencé le théâtre qu'à 18 ans au lycée. J'avais tourné quelques trucs avant, mais rapidement, comme ça (elle a notamment tourné une pub pour Coca-Cola et des courts-métrages, ndlr). J'observais beaucoup ma mère. J'ai décidé d'en faire mon métier assez tard car, sans doute, j'en connaissais aussi la réalité. Aujourd'hui, j'ai de beaux projets, ça marche pour moi. C'est bien. Mais ça aurait pu être plus compliqué.


La série "Bref" sur Canal +, où vous étiez la fille dont Kyan Khojandi était amoureux, vous a fait connaître du grand public. Quand on veut faire autre chose, un rôle aussi marquant est-il un avantage ou un frein ?

A.D. : Ça a été un véritable avantage, un coup de projecteur monumental. Ma vie a changé. J'arrivais à un rendez-vous et les gens savaient qui j'étais. Bref n'a duré qu'un an. Ça a été un coup d'éclat très fort et très rapide. Du coup, ça a intrigué les gens sans avoir le temps de les saouler. Aujourd'hui, je le vois : il y a des gens qui me reconnaissent par rapport à Bref, mais aussi par rapport à Babysitting, Les Profs ou même Lara Croft. Ça a vraiment été un super coup de pouce !



Quelle a été votre réaction quand on vous a proposé d'être la voix de Lara Croft dans la nouvelle version de Tomb Raider ?

A.D. : Ce n'est pas juste un personnage de jeu vidéo. C'est Lara Croft ! Un personnage iconique et populaire. Moi qui ne suis pas une grande gameuse et qui ne connais pas bien le jeu vidéo, ça avait quand même une grande résonnance. J'ai dit oui tout de suite pour aller passer le casting il y a trois ans. Quand on m'a dit que j'étais prise, j'ai eu la même réaction que les personnes auxquelles je le disais : "Waouh, sérieux ? C'est génial ! C'est dingue, c'est Lara Croft !" (rires).

En vidéo

Rise of the Tomb Raider : Lara Croft en Syrie dans un gameplay de 13 minutes

Elle n'est pas totalement différente de moiAlice DAVID

Comment voyez-vous ce personnage ?

A.D. : Je la perçois comme quelqu'un de très cultivé, c'est une archéologue. Quelqu'un qui a les pieds bien sûr terre et beaucoup d'intuition. Quand elle n'a pas les preuves de quelque chose, elle va tout faire pour se prouver à elle-même et aux autres qu'elle a raison. Elle est extrêmement déterminée. En même temps, dans Rise of the Tomb Raider, Lara a les failles du précédent jeu et porte en elle la culpabilité d'avoir perdu beaucoup d'amis. Elle ne va pas à l'aventure tête baissée comme dans le Reboot. Elle est beaucoup plus mature, elle a pris de la distance tout en gardant sa spontanéité et son envie d'aller de l'avant.


Et en quoi vous ressemblez- vous toutes les deux ?

A.D. : Le côté "je fonce et je réfléchis après" peut-être (rires). J'aime bien justifier aussi ce que j'avance. Je suis assez sportive, mais pas autant qu'elle. Je n'en mènerais pas large. Elle n'est pas totalement différente de moi. On n'a juste pas le même passif. Je ne cherche pas à comprendre et justifier le travail de mon père. Je me suis retrouvée dans des situations dans la vie où j'ai dû aussi me battre pour mes idées. Je fais un métier où il faut prouver qu'on est capable de faire certaines choses. Ce qui est drôle, c'est que quand j'étais adolescente, mes amis me surnommaient Lara car ils trouvaient que j'avais un air de ressemblance. Donc quand j'ai su que j'allais faire la voix, je les ai appelés. L'autre clin d'œil marrant, c'est que dans un épisode de Bref, ils vont à une soirée costumée et je me suis retrouvée déguisée en... Lara Croft !


C'est une expérience différente du cinéma ou du théâtre. Comment prépare-t-on ce genre de rôle ?

A.D. : Lara Croft est un personnage totalement différent de tout ce que j'ai fait jusqu'à présent. Mais j'étais ravie. En tant que comédienne, j'allais pouvoir jouer des choses que je n'avais jamais jouées. J'ai fait essentiellement de la comédie, même si mes rôles dans Bref et même Babysitting 2 sont assez "dark". Là, c'était jouer une aventurière déterminée, avec un lourd passé. C'était nouveau et, en plus, je n'avais jamais fait de doublage auparavant. C'était assez bizarre. Comme c'était une nouvelle version de la saga, je n'ai pas repris tous les jeux Tomb Raider pour voir ce qui avait été fait par Françoise Cadol (la première voix, ndlr). Je me suis intéressée à la manière de me connecter avec Lara, je n'ai pas trop réfléchi à ce qu'elle était ou comment elle se comportait. J'étais tout de suite en empathie en regardant les cinématiques, le jeu avancer. J'ai fait appel à mon vécu, des situations personnelles... Oui, je me sens proche d'elle d'une certaine façon.

Comment s'est déroulé le travail sur Rise of The Tomb Raider ?

A.D. : J'avais la première expérience du Reboot qui m'a servi de base. J'ai compris l'importance du travail de la voix pour faire passer les émotions. On a enregistré sur huit demi-journées en juillet dernier, en essayant de le faire dans l'ordre pour comprendre l'évolution du personnage. À part sur quelques cinématiques, nous n'avions pas de support visuel, juste la voix anglaise et donc les intentions de la scène. Mais la mélodie du phrasé n'est pas le même entre l'anglais et le français. Il ne fallait pas se faire embarquer. Il faut bien écouter, ne pas se laisser prendre par la première idée. On va avoir l'impression qu'elle est énervée à la première écoute. En fait, elle est angoissée. On croit qu'elle est à la limite des pleurs mais c'est en fait tout autre chose.


Le personnage a évolué entre le Reboot et Rise of The Tomb Raider. L'avez-vous ressenti ?

A.D. : Oui beaucoup. J'ai énormément regardé les teasers, notamment celui où elle est chez le psy et où elle ne parle pas. Il est génial ! Ça me permettait de me remettre dans le bain. Lara est chargée de tout ce qu'elle a vécu, ça la fait douter parfois. Il y a quelque chose de plus adulte dans le dernier, moins adolescent. Je me reconnais là-dedans. Quand j'ai fait le Reboot il y a plus de deux ans, j'étais encore un bébé dans le métier. J'ai grandi et j'ai mûri depuis, j'ai fait autre chose. Beaucoup de chanteurs disent qu'on sent le vécu d'une personne dans sa voix. Je pense que cela a grandi aussi en moi et c'est pour cela que ma voix n'est peut-être pas totalement la même.

Avec Lara Croft, vous faites des infidélités à Sonia, votre personnage dans Babysitting 2 qui sort le 2 décembre sur les écrans. C'est un sacré changement de casquette...

A.D. : J'adore ! Ça fait partie du job aussi. Mon métier, c'est de pouvoir me mettre dans la peau de plein de personnages différents. Lara Croft, c'en est un et pas des moindres. Sonia, elle est plus proche de moi. Dans Babysitting 2, elle est un peu plus à vif car rien ne va se passer comme prévu dans le film et elle visionne ça de loin. Elle passe par tous les états. C'est très bien à jouer.


Ça ne vous inquiétait pas de repartir sur une suite quand le premier volet a bien marché ?

A.D. : C'est toujours un peu angoissant. Mais en tant que comédienne, c'est plus cool que pour le réalisateur ou le scénariste. On n'a pas la même pression. Oui, on a forcément peur. Ils se sont mis la pression. On est en tournée Province et l'accueil du public est très positif. C'est un vrai soulagement. Nous n'en menions pas large lors de la première avant-première à Beauvais. C'est une équipe que j'adore, ce sont devenus des amis dans la vie et on était très content de se retrouver. Ils m'ont donné un super truc à jouer dans Babysitting 2. Mon personnage prend une toute autre couleur, avec tellement de choses différentes à jouer. Il n'est pas plus intéressant que dans le 1, il est plus approfondi. Le premier était un vrai personnage de nana comme on les aime, dans la vanne, au même niveau que les mecs.

RISE OF THE TOMB RAIDER Un jeu Crystal Dynamics disponible le 13 novembre exclusivement sur Xbox 360 et Xbox One - PEGI 18

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter