Sans contact, avec le smartphone ou votre empreinte : comment vous paierez demain en toute sécurité

High-tech
DirectLCI
INTERVIEW – A l’occasion de l’Innovation Forum organisé à Paris, nous avons demandé à Olivier Gabrielli, responsable innovation et paiements digitaux chez MasterCard France, de nous décrypter la carte bancaire de demain et nos nouvelles habitudes de paiement. Entre besoin de sécurité et multiplication des possibilités.

Après avoir longtemps fait peur à bon nombre de consommateurs, générant de multiples fantasmes de piratage, le paiement sans contact a fini par trouver sa vitesse de croisière. Plus d’une transaction sur deux en Europe s'effectue désormais ainsi. Porté par l'arrivée d'acteurs puissants comme Apple, Samsung ou encore Garmin, chacun venu avec sa solution, le smartphone est aussi devenu un moyen de paiement, au même titre que les montres connectées de ces constructeurs.


Payer au moyen tout simple de sa carte bancaire est-il alors un geste désuet ? Pas totalement, nous explique Olivier Gabrielli, responsable innovation et paiements digitaux chez MasterCard France. En tout cas, pas tant que les nouveaux moyens connectés n'auront pas réussi à rassurer totalement les consommateurs soucieux de leur sécurité bancaire. Et pourtant, ils multiplient les efforts et les innovations.

LCI : Les moyens de paiement comme le smartphone ou la montre connectée se multiplient. Cela entraîne-t-il un véritable changement dans les habitudes des consommateurs ?

Olivier Gabrielli : Légèrement. Deux points sont essentiels dans le paiement pour les consommateurs : ils sont très sensibles à la sécurité et à l’ergonomie. Le sans-contact a été lancé il y a près de 10 ans, mais il a vraiment explosé il y a trois ans. On a dépassé le milliard de paiements sans contact l’an dernier en France. Le paiement mobile connaît la même progression. Nous sommes persuadés que d’ici 2-3 ans, ce sera devenu une habitude, comme avec la montre connectée. Ces types d’innovation, même si elles commencent doucement, ont un taux d’acceptation plus rapide. Cela peut ne pas l’être du tout en raison d’un problème d’ergonomie. Mais dès qu’il y a une appétence, la courbe d’envol est forte.

Plusieurs accessoires embarquant des moyens de paiement - Crédit photo : Melinda DAVAN-SOULAS

Davantage de modes de paiement technologiques, ce n’est pas forcément rassurant en termes de sécurité…

La sécurité est un élément très important. Les nouveaux moyens de paiement comme la montre, le téléphone ou la bague connectée sont même encore plus sécurisés. Avant, nous avions une carte dans notre portefeuille pour payer en direct. Désormais, nous avons une carte enregistrée auprès d’un grand nombre de marchands ou dans de nombreux objets. Pour renforcer la sécurisation, il vaut mieux créer une multitude de cartes spécifiques. Quand vous associez votre carte bancaire à votre téléphone, nous créons en fait une autre carte. Vous ne payez pas avec votre appareil mobile, mais avec la carte virtuelle associée à votre montre Garmin, à Apple Pay ou Samsung Pay. Le terminal de paiement reçoit, lui, les informations comme avec une carte classique.


Et si je perds mon téléphone alors ?

Ça ne craint rien pour votre carte bancaire. Celle que vous mettez en opposition, c’est celle associée à votre téléphone ou votre montre, sans toucher à celle en plastique. Cette "carte virtuelle" ne fonctionne que dans le cadre d’un couple téléphone-carte via un ‘token’ (un jeton de connexion spécifique, ndlr) et ne peut être utilisée par un autre appareil.


Mais pour les sites de e-commerce, on doit encore enregistrer les informations de notre carte…

On est en train de travailler avec des marchands comme Oui.Sncf, Amazon, Vente-Privée, Uber pour dupliquer la solution de token qui constituera ainsi un lien unique entre votre carte dupliquée et chaque site. 

On ne paiera pas avec sa voix, son empreinte ou son iris. On s'authentifieraOlivier Gabrielli, responsable innovation et paiement digitaux chez MasterCard France

Doit-on s’attendre à de grands changements dans le paiement à l’avenir ?

Pas tant que cela ! Ce qu’on veut, c’est que vous puissiez payer le plus facilement possible, le faire dans toutes les circonstances, dans un magasin ou à distance, et ce, quel que soit l’appareil que vous avez avec vous. Il faut donc que cette duplication soit la plus sécurisée possible. Nous avons mis en place des solutions qui sont transparentes pour le consommateur, mais avec beaucoup de sécurité. 


On entend beaucoup parler de paiement par reconnaissance de la voix, de l’empreinte ou de son oeil. Utopie ou réalité ?

Ce n’est pas une utopie. La carte physique avec lecteur d’empreinte biométrique intégrée existe déjà et permet de valider un paiement sans contact supérieur à la limite, comme si vous validiez par un code PIN. Mais attention, on ne paiera pas avec sa voix, son empreinte ou son iris. La carte reste toujours l’objet utilisé, que ce soit via également le téléphone ou la montre. C’est l’authentification qui se fait par une solution biométrique. On incite très fortement les banques à la mettre en place dès 2019. Tout le monde n’est pas équipé d’un téléphone avec reconnaissance faciale ou digital, donc il n’y a pas d’obligation à le faire. On est convaincu que cela apporte plus de sécurité qu’un code ou mot de passe reçu par SMS. 

La biométrie, c’est l’avenir du paiement sécurisé ?

On travaille sur la biométrie comportementale. La façon dont vous tapez sur votre écran, la vitesse à laquelle vous frappez et comment vous inclinez votre écran de smartphone : tous ces éléments mis ensemble permettent de savoir si c’est bien vous qui utilisez le téléphone ou quelqu’un d’autre.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter