Avec "Temps d'Écran", vous saurez enfin si vous ou vos enfants êtes trop accros à votre iPhone ou iPad

High-tech
DirectLCI
ADDICTION - Reprenez le contrôle du temps que vous passez sur votre iPhone ou votre iPad. C'est en substance le message passé par Apple. Parmi les nouveautés d'iOS 12 lancé la semaine passée, la marque à la pomme propose ainsi "Temps d'Écran", une nouvelle fonctionnalité pour mieux gérer sa relation à son smartphone, mais aussi mieux superviser celle de ses enfants.

Etes-vous trop collé à votre smartphone ? Cette question vous a sans doute fait sourire. Vous vous êtes dit 'très probablement' et vous êtes retourné à votre tâche, peut-être même avez-vous alors regardé machinalement votre smartphone. Un geste que l'on fait en moyenne plus d'une centaine de fois par jour, plus de 200 fois par jour pour 6% des 18-24 ans, selon l'Observatoire des usages mobiles en France (étude 2015). Sans s'en rendre compte la majorité du temps. Car oui, ce petit objet d'à peine 15 cm de longueur parfois est devenu le centre névralgique de notre quotidien. Mais pour certains, souvent jeunes, cela devient même compulsif, voire obsessionnel.


L'heure est à la prise de conscience et l'on ne compte plus les stages où l'on promet de vous désintoxiquer, ces lieux où les portables sont prohibés, "pour votre bien-être", vous assure-t-on. Mais s'il fallait seulement se remettre en question et se prendre en main comme des grands ? A l'occasion de sa conférence des développeurs WWDC, en juin à San Jose (Californie), Apple avait ainsi présenté une nouvelle fonctionnalité de son système d'exploitation iOS 12 : Temps d'Ecran (Screen Time en anglais), un tableau de bord qui vous dresse le bilan quotidien ou hebdomadaire du temps que vous passez sur des applis, lesquelles, combien de fois vous regardez votre téléphone dans une journée, combien de notifications vous recevez et ce que vous en faites vraiment. Un temps d'écran pas toujours optimisé et de qualité. Désormais, Apple veut vous aider à le rendre meilleur et à vous en faire prendre conscience.

Connaître son niveau de dépendance à son smartphone

Comprendre, analyser et ajuster sa santé numérique, voici donc la mission d'iOS 12 et de Temps d'Ecran, disponibles sur iPhone et iPad depuis la semaine dernière et le lancement des iPhone XS et XS Max. La firme de Cupertino emboîte ainsi le pas de Google qui a fait la même annonce pour Android 9 Pie en mai dernier. "La volonté d'Apple de mettre l'accent sur la responsabilité sociale illustre, après Google, une nouvelle appréciation parmi les géants de la technologie de leur rôle", analyse Ben Wood, responsable de recherches à l'Institut CCS Insight. "Ils veulent apporter leur aide aux utilisateurs pour gérer leur rapport quotidien avec la technologie". 

Temps d'Ecran vous permet aussi de mieux percevoir quel type d'utilisateur vous êtes en ayant connaissance et conscience du temps que vous passez par catégorie d'applications (informations, jeux mobiles, divertissement, musique, réseaux sociaux, etc.). Car toutes les addictions ne se valent pas forcément. Vous pourrez vous fixer une limite de temps d'utilisation par application ou par catégorie, éliminer les notifications qui vous gênent et notamment celles que vous recevez sans jamais les ouvrir. 


Si on peut s'étonner qu'un fabricant de smartphones et tablettes incite ses utilisateurs à en limiter leur utilisation, pour les experts, cela n'a finalement rien de surprenant et rentre plutôt dans la logique des choses. "Il n'est pas surprenant qu'Apple ait lancé une suite d'applications pour répondre aux niveaux croissants d'addiction aux appareils mobiles", explique Ben Wood. Et de voir là surtout une fonctionnalité à double intérêt : "Les outils spécialement conçus pour analyser et gérer le temps que les enfants passent sur les appareils Apple seront une nouveauté bienvenue mais potentiellement alarmante pour de nombreux parents".

Limiter aussi le temps d'écran des enfants

Car Apple a prévu dans Temps d'Ecran la possibilité de gérer plusieurs appareils et profils, et donc pour un compte familial sur iTunes (via iCloud), ceux des enfants qui y sont rattachés. Les jeunes générations ont depuis longtemps délaissés l'écran TV pour le smartphone et l'ordinateur. Le temps passé devant ces nouveaux écrans va crescendo au fil du temps, de quoi faire tirer la sonnette d'alarme à plusieurs associations et enseignants. "Nos différentes enquêtes auprès des consommateurs comme de la recherche pédagogique montrent clairement que les parents et les enseignants sont préoccupés par la dépendance technologique chez les enfants", explique Sarah Caroll, analyste chez Futuresource. "Nous sommes sûrs que les parents accueilleront cette fonctionnalité avec enthousiasme."


On estime qu'un adolescent passe aujourd'hui en moyenne quatre heures par jour sur son smartphone. La fonctionnalité va permettre aux parents de superviser l'utilisation de leur enfant, mais aussi de mieux la contrôler. Car les fonctionnalités peuvent s'appliquer à distance depuis l'iPhone des parents. Ils auront ainsi connaissance du temps passé par l'enfant sur une appli, pourront déterminer celles qui sont accessibles ou non, fixer des limites de temps par appli ou catégorie. Pour l'enfant, les applis inaccessibles apparaîtront grisées. Un sablier à côté du nom et c'est un temps limite pratiquement atteint pour la journée. L'enfant pourra toujours demander un peu de rab, ce qui sera envoyé sous forme de notification à son parent. Temps d'Ecran permettra aussi de bloquer du contenu inapproprié sur l'appareil de l'enfant ou bien de définir des périodes où il ne peut pas se servir des applis (à l'école, la nuit, dans certains lieux…). Certes, des applications existaient déjà pour contenir l'attrait toujours débordant des plus jeunes pour le smartphone, mais beaucoup n'en ont pas connaissance et peu de ces applis ont l'impact psychologique de la marque à la pomme qui veut ainsi prouver qu'elle peut s'impliquer dans cette approche plus humaine et moins intrusive de la technologie au quotidien, prônée par Tristan Harris, chantre du mouvement "Time Well Spent" (temps bien rentabilisé) à destination des géants du secteur. 

Cessez d'être dérangé par votre iPhone

Pour préserver votre santé digitale – et un peu mentale aussi-, Apple a aussi pensé aux moments où vous devez être loin de toutes distractions générées par votre iPhone : la nuit, lorsque vous êtes en rendez-vous ou réunion, en famille... La trop peu utilisée option "Ne pas déranger" (que l'on trouve dans le centre de contrôle notamment) a été repensée pour en faciliter l'usage. La nuit porte conseil, dit-on. C'est surtout valable si vous n'êtes pas dérangé par les multiples notifications, alertes infos, messages Facebook de vos contacts insomniaques ou aux antipodes, appels en décalage horaire. Selon une étude Deloitte de 2017, 41% des Français consulteraient leur smartphone au milieu de la nuit, 7% répondraient même aux messages. 


Pour que le sommeil reste réparateur et limiter les tentations de consultation, il y a désormais la possibilité de ne plus laisser apparaître la moindre notification sur l'écran qui bascule en couleur sombre la nuit ou reste clair de jour. Elles ne disparaissent pas pour autant. Elles sont juste regroupées et cachées, prêtes à réapparaître quand vous l'aurez décidé (horaire fixé, à la fin d'un rendez-vous indiqué dans votre agenda, selon une localisation précise, etc.). Les notifications pourront également être monitorées plus facilement et ce sera à vous de décider celles que vous voulez continuer de recevoir, de voir s'afficher ou de mettre en sourdine un temps. Tout cela pour votre bien-être et éviter le stress du "bip" d'annonce qui fait se demander quelle nouvelle arrive encore !

Avec toutes ces améliorations dans iOS 12, Apple entend offrir à ses utilisateurs une façon de mieux profiter de leur temps, de manière plus saine. Avant tout concepteur d'appareils mobiles plus que d'applications chronophages, Apple se lance donc dans un nouveau combat plus facile sans doute à mener pour le californien que pour ses voisins Facebook ou Google qui poussent à toujours utiliser plus leurs applis et services. Inciter les utilisateurs à passer moins de temps sur un produit déjà acheté aura moins de répercussions pour Apple que pour une entreprise qui met à profit les données emmagasinés et a besoin de ce temps, qu'il soit de qualité ou non, pour avancer. Mais il n'en demeure pas moins qu'un sevrage numérique complet semble aujourd'hui difficile. Autant le faire en son âme et conscience. Et les ténors du high-tech paraissent avoir compris qu'il était aussi de le ressort de fournir les armes pour le faire. Ca aide aussi à la bonne image.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter