Selon l'UFC Que Choisir, les Français ont économisé 7 milliards d'euros grâce à Free

Selon l'UFC Que Choisir, les Français ont économisé 7 milliards d'euros grâce à Free

DirectLCI
TELECOM – La nouvelle étude d'UFC Que Choisir montre un bilan consumériste très favorable après l'arrivée de Free dans le paysage des Telecom, mais ne voit pas d'un bon œil le rapprochement qui s'opère entre les acteurs de ce secteur.

Pour une fois, la nouvelle étude d'UFC Que Choisir ne tape pas sur l'opérateur Free . Au contraire. "L’arrivée d’un quatrième opérateur (Free) a permis une baisse moyenne de la facture mensuelle mobile de 30 %. Notre étude met ainsi en évidence qu’en l’espace de deux ans (2012 et 2013), les utilisateurs de services mobiles ont économisé pas moins de 6,83 milliards d’euros", affirme le rapport. Un gain de pouvoir d'achat pas négligeable en ces temps de crise.

Avec une telle baisse, la France perd avec soulagement son statut de pays où il fait si cher téléphoner : avant 2012, la moyenne du prix des forfaits était de 22,5 % supérieure au reste du marché européen. Désormais, ils sont prêts de moitié moins chers. Les résultats de l'étude sont donc sans appel : l'arrivée de Free a profondément secoué le paysage des télécoms français.

Les habitudes de consommations changent

L'arrivée de Free a également provoqué un changement des habitudes de consommation des Français dans le secteur du mobile, indique l'UFC Que Choisir. Ainsi, le modèle de forfait avec engagement et subvention du terminal, le plus souvent pour acquérir un premier smartphone, n'est plus la panacée.

"Fin 2013, près d’un abonné sur 2 (49,3 %) avait une offre sans engagement, soit deux fois plus qu’en janvier 2012. Avec cette croissance, le "sans engagement" devrait devenir la règle en 2014. "Une nouvelle situation que voit d'un très bon œil UFC Que Choisir, qui rappelle que "la subvention occasionne un surcoût pour le consommateur qui peut aller jusqu’à 50 % pour les smartphones d'entrée de gamme".

Des Français de moins en moins fidèles

Autre point mis en avant par cette étude : le développement important de la portabilité, qui permet de changer facilement d'opérateur mobile et de conserver son numéro de téléphone. "Libérés, les consommateurs n’hésitent d’ailleurs pas à jouer leur rôle de régulateur, et à faire jouer la concurrence puisque la portabilité a explosé (un triplement depuis 2012)".

Un phénomène amplifié avec l'arrivée de la 4G, les consommateurs préférant tester par eux-mêmes les réseaux très haut débit des opérateurs, leur qualité pouvant fortement varier en fonction des régions. Un phénomène qu'a bien compris Bouygues Télécoms, qui propose un essai gratuit d'un mois pour découvrir la qualité de son réseau.

En revanche, l'UFC Que Choisir met en garde le rapprochement qui s'opère actuellement entre les opérateurs (Numéricable-SFR, et peut être, à terme, Bouygues-Free ou Bouygues-Orange), en indiquant qu'un retour à "trois opérateurs historiques" pourrait faire repartir les prix à la hausse (comme c'est le cas en Autriche où cela a eu pour effet une augmentation des prix de 10 %).

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter