Skylanders Imaginators, le jeu vidéo dont vous faites le héros

DirectLCI
ON A TESTE – La nouvelle cuvée du jeu vidéo à succès Skylanders est arrivée. Avec Skylanders Imaginators, les joueurs vont pouvoir créer leur propre héros et affronter l’infâme Kaos avec lui. Et Crash Bandicoot, l’emblématique personnage des années 1990, joue les invités d’honneur.

Depuis près de cinq ans, les Skylanders sont devenus des incontournables du jeu vidéo. Les figurines connectées qui prennent vie à l’écran grâce à la puce NFC qu’ils contiennent et un portail (bien physique) de transfert connaissent un succès qui ne se dément pas année après années. Mais pour tenir la cadence annuelle, il faut aussi savoir innover. Après les figurines plus grandes, modulables, aux super pouvoirs, les méchants que l’on peut contrôler via des cristaux ou bien l’ajout de véhicules, la nouveauté 2016 fait appel… à votre imagination !


Car c’est bien là la surprise : cette année, le portail de jeu ne va pas accueillir d’objets supplémentaires. Tout réside dans une mini-clepsydre colorée et nommée Cristal de Création. C’est elle qui va matérialiser à l’écran votre imagination. Oui, vous allez être plus que jamais le héros des Skylanders, toujours en conflit avec Kaos qui veut s’emparer des Skylands et en éliminer tous ses gardiens grâce au pouvoir de l’esprit qu’il a récupéré. Pour cela, il va prendre position de super vilains baptisés Doomlanders, aussi méchants que peu efficaces face aux talents des Maîtres du Portal.


S’il vous sera toujours possible d’utiliser les centaines de figurines des éditions précédentes, Skylanders Imaginators arrive avec son lot de personnages spéciaux : les Senseis, des combattants issus de 10 puissantes classes (chevalier, archer, sorcier…) qui peuvent utiliser un super pouvoir propre à chacun (le Sky-Chi). Les enfants déjà connaisseurs de la saga reconnaîtront parmi les 31 Senseis quelques vilains célèbres des épisodes précédents qui ont décidé de passer du côté des Skylanders. Et parmi eux, King Pen, un pingouin bagarreur auquel le chanteur Maître Gims prête sa voix.

A côté des Senseis, le jeu introduit aussi les Imaginators, des personnages qui vont naître de l’imagination du joueur. Grâce à un tout nouveau moteur de création très intuitif et facile à utiliser, vous allez pouvoir créer votre Skylander unique en choisissant sa catégorie (technique, air, feu, air, eau, vie, ténèbre, magie…) aussi bien tous ses traits physiques (tête, bras, jambes, torse, queue, pied) que ses équipements (épée, bouclier, protection…), ses pouvoirs, sa classe, sa voix, sa démarche et même sa punchline. Des milliers de combinaisons possibles et l’ajout au fil de sa partie de nouveaux objets et attributs pour personnaliser encore plus précisément. 


Mais en revanche, vous n’aurez pas la figurine physique sur le plateau. Tout sera stocké dans le Cristal de création. Et une fois la catégorie et le rang de votre personnage choisis, plus de possibilité de revenir en arrière. Vous pourrez cependant en créer autant que vous voulez, à condition d’avoir différents cristaux (50 € le pack de 8 cristaux tous dédiés à un élément différent).

Il y a 20 ans, une étrange créature rouge mi-loup mi-je ne sais quoi, des allures de marsupial déjanté, déboulait telle une tornade sur la console PlayStation. Crash Bandicoot venait de naître dans les esprits du studio Naughty Dog (The Last of Us, Uncharted...). Il signe son retour chez les Skylanders en Sensei toujours aussi tourbillonnant et adepte de la casse de caisses en bois. Et il se paie même le luxe d'avoir sa figurine à intégrer au jeu, ainsi qu'un niveau dédié. Thumpin' Wumpa Islands s'inspire allègrement du tout premier niveau du jeu initial Crash Bandicoot de 1996.

Après avoir (intelligemment) lancé le jeu en version tablette, Activision place le support mobile en parallèle de son Skylanders Imaginators. L’appli Skylanders Creator Shop (gratuite) va permettre de créer ou importer ses Imaginators. Mais surtout, vous permettre de passer une fois de plus à la caisse en transformant le virtuel en objet bien réel mais payant.

Activision, l’éditeur du jeu, a également noué un partenariat avec Netflix pour la création d’une série animée intitulée Skylanders Academy qui démarrera le 28 octobre.

Toujours aussi efficace, Skylanders Imaginators va ravir les enfants dès le plus jeune âge. Facile à prendre en main, le jeu s’avère plutôt réjouissant. On balade son Skylander dans un monde plus beau qu’avant et plus fluide, notamment la carte avec les zones à visiter. Pour le reste, c’est du classique Skylanders, mais efficace, avec sans doute un sentiment moindre d’être fréquemment pris par la main pour avancer dans le jeu. Reste que comme chaque année, c’est la crise qui vous guette lorsque votre enfant réalisera qu’il est bloqué car il n’a pas la figurine adéquate. Et c’est votre portefeuille qui choisira de venir ou non à sa rescousse… Pour le reste, Activision ne change pas une recette qui marche. Et avec la disparition du grand rival Disney Infinity, ce sera encore le succès assuré.


Prix : 70 à 99 € le pack de démarrage, 16 € la figurine Sensei - Disponible sur PS4, PS3,  Xbox One et Xbox 360, Wii U – PEGI 7                                                                 

- La liberté de créer son Imaginator

- Quatre niveaux différents selon ses envies

- La possibilité d’utiliser les anciens Skylanders

- Graphiquement beaucoup plus beau que les précédents et plus fluide

- Vous pouvez acheter votre création

- L’arrivée de Crash Bandicoot

- Les figurines font plus « plastiques » qu’avant

- Il va encore falloir mettre la main au portefeuille pour avoir les personnages Senseis, les contenus dématérialisés, les créations physiques…

- L’impossibilité de profiter à fond du jeu si on n’a pas les personnages des différentes catégories

- Crash Bandicoot disponible que sur PS4 (par la suite sur les autres consoles)

- Fondamentalement, le jeu se repose sur ses acquis et le gameplay n’évolue guère

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter