Snapchat : 100 000 photos et vidéos nues volées circulent sur le Net

High-tech

SNAPPENING - Après les célébrités, au tour des internautes lambda. Environ 100 000 photos et vidéos d'utilisateurs de Snapchat ont été volée et circulent sur le Web. Problème : la moitié des membres du service sont mineurs.

A qui le tour ? Dans la lignée du Celebgate et de ces milliers de photos volées de stars nues, c'est au tour de l'application Snapchat d'être dans la tourmente. Ce week-end, 11 et 12 octobre, on a appris que quelque 90 000 photos et 9 000 vidéos du service - bien souvent des photos de personnes nues - avaient été dérobées et circulaient impunément sur le Web. Rapidement baptisé "Snappening", la majorité des contenus volés proviendraient d'Europe (32 % du trafic de Snapchat). Les 13.6 Go d'images et de vidéos ont été publiées initialement sur le site viralpop.com, un faux site Web qui a disparu depuis mais a laissé le temps à de nombreux internautes de télécharger le fichier géant.

Malgré cette vilaine entaille à l'image de marque, la start-up californienne a voulu rassurer ses utilisateurs : non, il ne s'agit pas d'une faille de sécurité. Comme Apple pour son service de stockage en ligne, la fuite est due à une sécurisation trop légère des comptes par les utilisateurs. Dans un communiqué, Snapchat a déclaré : "Les serveurs de Snapchat n’ont pas été touchés, ils ne sont pas à l’origine de cette fuite. Les 'snapchatteurs' victimes de cet incident l’ont été à cause de leur utilisation d’applications tierces, une pratique que nous interdisons formellement dans nos conditions d’utilisation, justement parce que cela remet en question la sécurité de nos utilisateurs. Nous surveillons de près l’App Store et Google Play pour repérer des applications tierces illégales et avons déjà réussi à en faire retirer plusieurs."

La moitié des utilisateurs de Snapchat ont entre 13 et 17 ans

Celles-ci permettent par exemple de stocker les images qui sont logiquement destinées à disparaître rapidement, le principe même de Snapchat dont le contenu posté est censé disparaître quelques secondes après avoir été vu. Selon Business Insider , l'application tierce qui est pointée du doigt serait SnapSaved.com, un site Internet qui autorise ses utilisateurs à sauvegarder photos et vidéos de Snapchat. Pire, une fois le fichier complet téléchargé, il serait possible de faire une recherche par nom d'utilisateur…

Cette fois-ci ce ne sont pas les célébrités qui sont visées mais l'internaute lambda. La véritable inquiétude, c'est que, sur les 100 millions d'utilisateurs du service dans le monde, Snapchat affirme qu'une part non négligeable, environ 50 %, des membres ont entre 13 et 17 ans . Une partie des images volées peuvent donc s'apparenter à de la pornographie infantile. Les détenir et les partager exposent les internautes à des peines de prison.

Ce revers pour Snapchat n'est pas le premier. En fin d'année 2013, le 27 décembre, pas moins de 4,6 millions de numéros de téléphone et d’identifiants avaient été dérobés et mis en ligne sur un forum. Il avait fallu pas moins de 9 jours au service pour corriger la faille. Depuis sa création en 2011, la start-up a été pointée du doigt à plusieurs reprises pour son manque de considération sur la vie privée de ses utilisateurs et ses méthodes pour le moins cavalières de récupérations d'informations (comme la liste des contacts d'un membre sans son autorisation, sous iOS).

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter