Souffler dans son téléphone pour savoir si on a un cancer du poumon

Souffler dans son téléphone pour savoir si on a un cancer du poumon
High-tech
DirectLCI
SANTE – Une équipe de chercheurs a mis au point un dispositif qui permet de diagnostiquer, par le biais d’un simple appel téléphonique, un certain nombre de maladies pulmonaires.

Chaque voix humaine est unique, et son timbre particulier en dit souvent bien plus qu’on ne l’imagine sur l’état de notre santé. Partant de ce constat, une équipe de scientifiques a mis au point un algorithme qui, par le biais d’un simple appel téléphonique, est capable de détecter la plupart des maladies respiratoires.

Pas moins de quatre années de recherches au sein des laboratoires de l’Université de Manchester (Grande-Bretagne) ont été nécessaires pour mettre au point cette innovation pourrait permettre de sauver des millions de vies d’ici quelques années. Baptisé "SpiroCall", ce dispositif permet à toute personne qui possède un téléphone d'avoir un diagnostic, quasi-instantanément.

► Alors comment ça marche
Pour obtenir votre diagnostic, il vous suffira de composer un numéro, puis de souffler dans le micro de l’appareil. Le son sera envoyé ensuite à un serveur avant d’être analysé par un algorithme qui déterminera la qualité du souffle et la pression de l’air au moment de l’expiration. Au bout de quelques secondes, un SMS contenant les résultats est alors envoyé à son utilisateur.

► Pour diagnostiquer quoi ?
Asthme, mucoviscidose ou encore bronchopneumopathie chronique obstructive. Chaque année, ces maladies sont responsables d’un mort sur dix à travers le monde. Sans pour autant remplacer le rôle d’un médecin, SpiroCall a avant tout pour but de dresser un premier diagnostic. Notamment dans les pays en voie de développement, où les centres de soin ne sont pas toujours accessibles.

L’idée des chercheurs était à l’origine de mettre au point une application pour smartphone. Mais on l’oublie encore trop souvent : de nos jours, près de 85% de la population mondiale n’a pas accès à un smartphone. Or le seul capteur indispensable étant le microphone, l’adaptation à tous les téléphones était donc possible.

► Est-ce vraiment fiable ?
Des tests ont été menés aux Etats-Unis, en Inde et au Bangladesh sur plus de 4000 patients cobayes. Verdict ? La marge d’erreur s’est révélée inférieure à 6,2%, quand on comparait les résultats fournis par SpiroCall à celle d’un matériel médical classique (un spiromètre, ndlr). C’est-à-dire en dessous de la barre des 10% établie par l’American Thoracic Society pour attester de la fiabilité d’un appareil.

Sans dire qu'il pourra remplacer votre médecin dans le futur, SpiroCall permet de dresser un premier bilan de sa condition pulmonaire, ou encore d’assurer un suivi plus régulier du patient. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter