Tablettes VTech piratées : que risquent vos enfants ?

Tablettes VTech piratées : que risquent vos enfants ?

DONNÉES PERSONNELLES - Un mois et demi après le piratage des données de 1,2 millions d'utilisateurs français de jeux pour enfants VTech, l'association UFC-Que Choisir vient de déposer plainte contre le fabriquant hongkongais. En cause, une grave défaillance dans la sécurisation des informations confidentielles de leurs clients.

Comme dans la vie réelle, tout n'est pas rose dans le monde du numérique. Début novembre, les informations et les photos de 200.000 enfants français se sont envolées dans la nature après le piratage de VTech, le leader mondial des tablettes ludo-éducative. Le fabricant hongkongais avait dû se résoudre à rendre public le vol de ses données à seulement quelques semaines de Noël.

Interrogé par le site Motherboard, dont l'un des journalistes avait été contacté par le hackeur en personne, un responsable de la société avait reconnu la défaillance, tout en assurant que VTech allait y remédier : "Notre base de données n’était, hélas, pas aussi sécurisée qu’elle aurait dû l’être". Un peu tard maintenant, non ?

C'est d'ailleurs la raison pour laquelle l'association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir a décidé de  déposer plainte contre le fabriquant VTech

EN SAVOIR + >>  Des hackeurs piratent les tablettes de 1,2 million de comptes en France

► Quels jouets sont concernés ?
Du poupon intelligent aux ordinateurs et tablettes, en passant par les montres connectées, ils disposent tous d'une connexion à Internet, notamment pour mettre à jour les jeux au fur et à mesure du développement de l'enfant.

► Les risques : phishing et... pédophilie ?
Le fabriquant hongkongais affirme que les données de carte de crédit n'ont pas été exposées. Mieux vaut toutefois surveiller vos comptes bancaires. Mais alors que faire de vos nom, prénom, adresse et numéro de téléphone ? Cas classique des hackers : vous envoyer un mail ou un SMS afin de vous demander d'autres informations confidentielles, comme leurs codes secrets ou des numéros de carte bancaire, en se faisant passer pour votre opérateur ou votre banquier. Ce qu'on appelle le "phishing". 

EN SAVOIR + >> Phishing : comment éviter les arnaques ?

L'autre grand danger serait que les photographies et les extraits vidéo qui ont été dérobés alimentent les base de données en ligne des "supermarchés" de la pédophilie sur le Deep web. D'après une récente étude , plus de quatre visites sur cinq sur cet Internet parallèle concerneraient des sites pédophiles. La meilleure chose à faire, pour le moment : changez de mot de passe.

► VTech a-t-il été négligent ?
L'UFC-Que Choisir l'assure : "Le hackeur affirme avoir utilisé une méthode assez simple pour s’introduire dans les serveurs de VTech :  l’injection SQL . Cette méthode d’intrusion, d’une grande simplicité, est identifiée depuis près de 13 ans ! Et elle peut aisément être mise en échec, si des règles simples de protection sont mises en œuvre."

Pire encore, le fabriquant hongkongais n’aurait pas décelé l’intrusion subie s'il n'avait pas été interrogé par les médias. "Dans un environnement numérique toujours plus gourmand en données et plus dangereux pour la protection de la vie privée, la faute qui semble avoir été commise par la société VTech est intolérable." 

À LIRE AUSSI
>> Tablette et smartphone pourraient être un danger pour la motricité des enfants
>> Tablettes, smartphones : les nouvelles nounous des enfants ?
>> Un écolier revend sa tablette pour offrir des cadeaux aux enfants dans le besoin

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

EN DIRECT - Le confinement prendra fin le 15 décembre : suivez l'allocution d'Emmanuel Macron

"Koh-Lanta" : avant la finale, qui remporte le match des réseaux sociaux ?

Christophe Dominici, légende du XV de France, retrouvé mort à l'âge de 48 ans

EN DIRECT - États-Unis : la victoire de Joe Biden également certifiée en Pennsylvanie

Lire et commenter