TEST - Huawei P30 Pro contre Google Pixel 3 : quel smartphone prend les meilleures photos ?

High-tech
DirectLCI
DUEL AU SOMMET - Le P30 Pro, le nouveau smartphone de Huawei, sorti cette semaine, semble avoir tout misé sur la photo. Assez pour surpasser le Pixel 3 de Google, champion du genre jusqu'à présent ? Nous les avons mis face à face. Notre verdict.

Avec son objectif unique à l'arrière, le Pixel 3 de Google, proposé à partir de 850 euros environ, était la divine surprise de 2018. Sans surenchère sur le nombre de caméras, il était pourtant à l'égal, voire au-dessus, de ses concurrents, grâce à un ensemble optique/capteur performant et beaucoup d’avancées logicielles à l’intérieur de la machine. 


Chez Huawei, la stratégie est inverse : dans ses P30 et P30 Pro (respectivement à partir de 799 et 999€ ) le constructeur chinois a empilé des caméras de grande qualité pour faire face à toutes les conditions, tous les usages de la photo, avec là aussi un énorme travail sur le traitement de l’image. Pourtant, malgré le nombre et la puissance de feu de ses caméras, la machine de guerre ne fait pas mouche à chaque fois.

Grand angle et zoom : avantage Huawei

Sur ce plan, carton plein pour le P30 Pro, qui profite de deux nouveautés marquantes par rapport au Pixel 3 et même au P20 Pro qui l’a précédé. D’abord l’apparition d’un mode ultra-grand angle, équivalent d’un 16mm sur un appareil 24x36, de quoi élargir le champ d'un cliché plus encore que le grand angle du Pixel 3.


Surtout, le P30 Pro embarque un vrai zoom optique 5x, équivalent d’un télé-objectif 125mm, performance jusque-là réputée impossible dans un smartphone, dont la finesse ne saurait abriter les lentilles nécessaires. Pour y arriver, Huawei a inventé un zoom périscopique : sous l’objectif, une lentille et un miroir à 45 degrés. Ce dernier oriente la lumière à angle droit vers les lentilles disposées dans la largeur du smartphone.

Une réussite technique, dont le résultat se voit à l’image, dans les deux exemples pris ici : à fond de zoom optique, les détails sont bien mieux définis. Bon point au Pixel 3 quand même, sur l’exemple ci-dessous, pour la fidélité des couleurs, avec un ciel bien bleu que le Huawei voit bien plus délavé. Mais pour cadrer aussi large ou aussi serré que vous le voulez, le P30 est aujourd’hui sans égal sur le marché.

Match nul, côté contrastes ?

Si nos tests sur les photos d’extérieur mettent les deux appareils sur un pied d’égalité, à l’intérieur, les résultats divergent. Sur cette photo de plateau (ci-dessous), c’est le Huawei qui s’en sort le mieux, avec des couleurs plus fidèles -là où le Pixel 3 tire un peu sur le bleu- mais aussi avec des contrastes mieux définis. Ils  font par exemple ressortir beaucoup plus de détails dans le haut de l’image, entre les projecteurs.

Résultat presque inverse quand on passe du plateau à la régie, un environnement assez sombre, où l’essentiel de la lumière vient d’une ribambelle d’écrans face à l’objectif. Ici, si les deux photophones utilisent leur mode HDR pour mieux gérer les contrastes, avantage au Pixel 3 dont le cliché va chercher bien plus de lumière à l’avant-plan, même si le résultat, côté P30 Pro, est plus fidèle à l’ambiance lumineuse réelle de la pièce.

Macro : Huawei, bien plus près

Autre nouveauté côté Huawei : l’arrivée d’un mode super-macro, qui permet d’approcher l’objectif jusqu’à 2,5 centimètres du sujet pour encore plus de détails. Pour les deux clichés, nous nous sommes approchés aussi près que possible sans perdre le point. Les résultats sont parlants, avec de plus un bonus pour le contraste et les couleurs du P30 Pro, même si le Pixel 3 a probablement le meilleur mode macro de tous les smartphones à caméra unique.

Le P30 Pro, plus à l'aise dans le noir

Enfin, et c’est là-dessus que l’on attendait ce duel des champions : nos deux smartphones mettent en avant leurs capacités à prendre des clichés en basse lumière, en très basse lumière même, voire dans l’obscurité la plus totale ou presque. Dévoilé après la sortie du Pixel 3, lors d’une mise à jour de son application Camera, le mode Night Shift permet de prendre des clichés dans l’obscurité, au prix d’une exposition longue, pas vraiment adaptée à des sujets en mouvement, mais qui saura aller chercher de la lumière où vous ne la verriez pas.

Le Huawei P30 Pro, lui, profite de ses très grands capteurs -pour un smartphone s’entend- d’une optique qui ouvre à 1.6 et d’une sensibilité jusqu’à 400.000 ISO (sic). Et ça se voit. Pour repère, la pièce que l’on voit sur les deux clichés de gauche est dans une obscurité quasi-totale. Seule une minuscule veilleuse dans notre dos permet à l’oeil nu de distinguer les détails des deux premiers mètres devant nous. Tout ce qui se situe au-delà est dans le noir complet. Mais cela ne semble pas gêner le P30 Pro, qui lui voit assez clairement tout ce que ce débarras contient. Voir sur une photo ce que votre oeil ne voit pas est évidemment assez perturbant. Mais cela donne une idée claire de ce que le Huawei est capable de réaliser dans conditions de lumière difficiles. Côté Pixel 3, le mode Night Shift donne des résultats presque aussi impressionnants, avec un bon point pour des couleurs plus réalistes.


Au-delà, dans les deux clichés de droite, quand on tente un cliché dans une obscurité presque parfaite, le Huawei garde une longueur d’avance. Hors ces conditions extrêmes, tous deux savent prendre de beaux clichés de nuit.

Vidéo, selfies, intelligence artificielle en bonus

Resterait encore bien des choses à tester, sur la vidéo, les modes créatifs, la capacité des smartphones à reconnaître les éléments de l’image pour les mettre en valeur, les modes portraits aussi. Nous avons également choisi de nous concentrer sur les caméras arrières des deux modèles, faisant l’impasse sur les selfies. 

En vidéo

Google présente ses nouveaux smartphones, les Pixel 3 et 3XL

Si vous voulez pousser la comparaison jusqu’à un niveau de détail presque déraisonnable, on ne saurait trop vous conseiller les tests des laboratoires de DxO (en anglais), référence en la matière. Ils ont couronné le P30 Pro comme meilleur photophone du moment. Un trône que personne jusque-là n’a réussi à conserver plus de quelques mois.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter