Thief : apôtre de la non-violence ?

Thief : apôtre de la non-violence ?

DirectLCI
JEUX VIDEO - Thief est un titre à part dans le jeu vidéo. Un jeu qui fait la part belle à l'infiltration et la discrétion plutôt qu'à la force brute. Un titre tout en finesse.

Et si pour une fois il ne s’agissait pas de tuer, de trucider, d’éradiquer, d’abattre ou d’assassiner ? En 1998, le premier épisode de Thief, The Dark Project, proposait aux joueurs d’incarner un voleur (thief en anglais) chargé de dérober de nombreux trésors et ce en toute discrétion. Plus de quinze ans après, Thief revient dans une toute nouvelle version dans laquelle Garrett maître voleur évolue furtivement dans la Cité, véritable cloaque enténébré, nauséabond et miséreux. Thief joue la carte de l’infiltration à l’instar d’un Metal Gear Solid. Il va même jusqu’à prôner la non-violence.

Un jeu pour pacifistes ou presque

Il est ainsi possible, selon l’éditeur, de terminer le jeu sans tuer qui que ce soit. Tâche délicate en soi, surtout quand on vous met entre les mains un arc et des flèches… Mais Thief c’est avant tout de la réflexion. Comment passer inaperçu ? Comment atteindre tel endroit sans être repéré ? Comment assommer ce garde ? Comment ouvrir se coffre en toute discrétion ? Autant d’interrogations qui reviennent tout au long de l’aventure et des huit chapitres qui la composent. Il faut l’avouer, on se prend à ce jeu intelligent qui demande autant d’observation que de réflexion.

Côté réalisation, ce Thief ne fait pas dans l’esbroufe, loin de là. Initialement conçu pour les machines de la génération PlayStation 3, le titre ne tire que modérément partie des capacités des consoles de nouvelle génération. On subit ainsi de très nombreux temps de chargement alors qu’on passe d’une partie à l’autre de la ville. Un petit bémol qui ne gâche toutefois pas le plaisir qu’on peut avoir à accomplir les nombreuses missions d’espionnage ou de vol que propose le jeu. Un plaisir suffisamment rare pour qu’on ne le boude pas et qu’on tente, pour une fois, de déposer les armes.

Un jeu PS3, PS4, XBox 360 et Xbox One vendu 60 euros environ

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter