Tinder : pourquoi vous auriez mieux fait de lire les conditions d'utilisation avant d'installer l'appli

High-tech
VIE PRIVÉE - Une journaliste du "Guardian" a demandé à l'application Tinder de lui communiquer l'ensemble des données collectées depuis son profil. Et d'après elle, l'application de rencontre collecte beaucoup plus d'informations sur nous qu'on ne l'imagine. Des informations confidentielles, et parfois intimes, qui pourraient un jour se retrouver entre de mauvaises mains.

On ne va pas se mentir ! Personne, ou presque, ne lit les conditions d'utilisation et règles de confidentialité avant d'installer une application sur son smartphone. Tout  le monde, ou presque, clique sur "J’accepte". Et pour cause : en ouvrant un compte sur la messagerie Gmail, par exemple, l'utilisateur doit avaler pas moins de 20 pages au format Word de conditions d'utilisation et de confidentialité, soit au total plus de vingt minutes de lecture, qui plus est dans la langue de Shakespeare. Or, une fois acceptées (à l'aveuglette), ces sortes de contrats tombent aux oubliettes alors qu’ils définissent pourtant la collecte, l'exploitation et la dissémination de nos données personnelles, et cela de manière permanente.


Vous l’imaginez bien, ces textes, rédigés par des juristes hors pair, servent davantage à protéger les entreprises que les utilisateurs. Et l’application Tinder, avec ses 50 millions d’utilisateurs, n’échappe évidemment pas à la règle, comme a pu le constater la journaliste Judith Portail. Dans un article paru ce mardi 26 septembre sur le site du quotidien The Guardian, fait état du nombre colossal d’informations, parfois même très intimes, que possède Tinder sur chacun de ses membres.

800 pages d'informations collectées en l'espace de 4 ans

En mars dernier, la journaliste, apparemment utilisatrice régulière de l’appli (920 connexions, 870 interactions et 1700 messages échangés depuis son inscription, il y a quatre ans), a demandé à l’entreprise Match Group, propriétaire de Tinder, de lui donner accès à toutes les données personnelles collectées depuis son inscription. Peu de gens le savent, mais tout citoyen européen est autorisé à le faire en vertu de la directive européenne sur la protection des données, comme le rappelle l’article du Guardian.


Surprise ! Au total, pas moins de "800 pages d’informations" confidentielles, allant de ses "J’aime" sur Facebook à ses photos Instagram (même après avoir supprimé le compte associé, précise-t-elle), en passant par son niveau d’études, la tranche d’âge des hommes auxquels elle s’intéresse, ou encore la date et le lieu de chaque conversation sur l’application, etc. A partir de ces données, Tinder peut ainsi dresser un portrait très précis de chaque utilisateur, c’est-à-dire aussi bien ses centres d’intérêt que les lieux qu’il fréquente, ses emplois, ce qu’il aime manger ou encore ses goûts musicaux.

Tinder connaît vos préférences, même les plus intimes

Mais ce n’est pas tout, et c’est peut-être le plus terrifiant, l’application de drague "express" connaît également, en tout cas en partie, vos préférences sexuelles (à travers le pourcentage d'hommes blancs, noirs, asiatiques, avec lesquels vous avez eu un "match", voire même vos fantasmes les plus inavoués. Et cela, en puisant dans le contenu des messages que vous échangez au sein de l’application (d’où l’intérêt de rapidement migrer vers d’autres applis de messagerie, comme WhatsApp par exemple, après la prise de contact). Rappelez-vous de ces messages échangée, un soir de nouvel an, en état d’ébriété… 


Au fil du temps, nous en sommes arrivés au point d’accepter que les technologies avec lesquelles nous interagissons au quotidien enregistrent nos moindres faits et gestes en ligne. Votre smartphone, grâce à son GPS intégré, connaît tous les endroits où vous êtes allés. L’application Google Maps enregistre votre position exacte en direct. Grâce aux photos de vos plats, Instagram connaît vos goûts, ainsi que tous vos restaurants favoris. Et Facebook dispose d’un profil détaillé de tous ses utilisateurs.

Des informations glanées pour vous aider à trouver votre dulcinée ?

Ces derniers, tout comme Tinder, utilisent ces informations pour faire de la publicité ciblée. L’application ne s’en cache pas, c’est écrit noir sur blanc dans les conditions d'utilisation et règles de confidentialité. Des informations privées, parfois intimes, qui pourraient bien un jour se retrouver entre de mauvaises mains à la suite, par exemple, d’un piratage. D'ailleurs, relève le Guardian, la politique de confidentialité de Tinder indique clairement que "vous ne devez pas vous attendre à ce que vos informations personnelles, chats ou autres communications restent toujours sécurisées" ! 

En vidéo

Sur Tinder, on peut matcher avec ... le dernier rhinocéros blanc du Nord du monde

Pour justifier cette collecte massive de données, un porte-parole de Tinder contacté par le Guardian, invoque une expérience utilisateur davantage personnalisée. "Nos outils de mise en relation prennent en compte divers facteurs pour afficher des correspondances potentielles afin de personnaliser l’expérience pour chacun de nos utilisateurs", assure-t-il au quotidien britannique. En revanche, l'entreprise américaine n'en dira pas plus sur la manière dont s'y prennent ses algorithmes pour déterminer des correspondances entre certains utilisateurs et pas d'autres. 

Tinder note votre "sex-appeal" en toute discrétion

Dans une enquête menée par le site spécialisé Fast Company, le patron de l'application de rencontre, Sean Rad, avait admis en janvier 2016 qu'une note de "désirabilité" était attribuée à chaque utilisateur. Le but ? Optimiser les "matches". Plus concrètement, l’application fait en sorte de proposer des personnes jugées séduisantes à d’autres personnes séduisantes, et inversement. "Elo score", c'est le nom de ce mystérieux système (en référence au classement Elo chez les joueurs d'échecs). Ce dernier repose sur un algorithme "complexe", utilisant de nombreux facteurs pour évaluer votre "désirabilité". "Cela nous a pris deux et demi pour mettre au point cet algorithme", soulignait alors le PDG de Tinder. Car il ne s'appuie "pas uniquement sur le nombre de personnes qui vous 'likent'", précisait-il, sans donner trop de détails pour autant.

[MISE À JOUR] Suite à la parution de l'article, un porte-parole de Tinder a souhaité apporter quelques explications :


"La protection de la sécurité et de la vie privée de nos utilisateurs est notre plus grande priorité. Tinder observe l’ensemble des lois applicables de protection de la vie privée et des bonnes pratiques de l’industrie. Les outils et systèmes que nous avons mis en place garantissent le maintien de l’intégrité de notre plateforme et la protègent d’éventuelles menaces. La grande partie des données en notre possession se compose des messages échangés par les utilisateurs. Les informations détenues par Tinder sont soit fournies par l’utilisateur, soit essentielles au bon fonctionnement du service, comme pour d’autres plateformes de messagerie et d’autres réseaux sociaux. La version la plus récente de nos pratiques vis-à-vis des données est publiquement disponible sous la forme de notre Politique de confidentialité, accessible via notre application ou sur www.gotinder.com/privacy. Nous examinons toutes les demandes et y répondons dans les meilleurs délais, dans le respect des lois applicables de protection de la vie privée et des règles et meilleures pratiques de l’industrie."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter