Un aérateur de vin et un mixologue connectés, de quoi boire autrement

TECH
DirectLCI
PARLONS... HIGH-TECH - Que vous soyez amateurs de vin ou de cocktails, on vous propose de nouveaux objets connectés qui vont changer votre manière de boire.

Cette semaine, dans "Parlons High-Tech", des objets connectés - et français - qui s'attaquent à votre bar. D’abord en réglant un problème que les amateurs de vin connaissent bien: vous ouvrez une bonne bouteille, et là se pose la question: faut-il le carafer, ou pas ? Et la carafer combien de temps ? Et s’il faut le carafer trois heures et que mes invités arrivent dans dix minutes, je fais quoi exactement ? On avait déjà dans le commerce des aérateurs, comme de petits entonnoirs qui oxygènent le vin, voici venu l’ère de l’aérateur connecté ! Il est français, il s’appelle Aveine, et lui fonctionne différemment: avec une application mobile, vous pouvez scanner l’étiquette de la bouteille que vous venez d’ouvrir, l’application dira comment il faut aérer ce vin précisément, s'il aurait fallu le carafer 2, 4 ou 12 heures, et régler l’aérateur en conséquence. Posez-le sur la bouteille, versez, et voilà votre vin aéré comme si vous l’aviez carafé avec l’expertise d’un sommelier, c'est en tout cas c’est la promesse. Prix affiché: un peu plus d'une centaine d'euros.

Mon mixologue est un robot

Pour les cocktails, c'est une autre startup qui a une invention dans ses cartons. La startup, c'est Kuantom qui a inventé, Orkestra, un vrai robot mixologue, capable de délivrer un cocktail parfaitement dosé en quelques secondes. Le fonctionnement est simple: la machine est chargée avec des bouteilles de jus de fruit, de thé glacé, de sirops, ou d’alcool. Sur une tablette, une application vous permet de choisir entre tous les cocktails que la machine saura faire avec ce qu’elle a en stock, vous cliquez sur votre cocktail préféré, et c’est la machine qui se charge de tout, de mesurer, de mixer, et de délivrer la boisson dans un verre, la seule chose qu’elle ne fait pas, c’est gérer les glaçons.


La seule mauvaise nouvelle, c'est que le robot à cocktails est fait pour être loué à des professionnels, une centaine d’euros par mois environ, et pas du tout pour être vendu au grand public, on devrait la trouver bientôt dans des bars, des magasins, des hôtels. Là encore, la startup est française! Cocorico donc, mais avec modération, forcément.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La Matinale

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter