Un astéroïde a frôlé la Terre mercredi

Un astéroïde a frôlé la Terre mercredi

High-tech
DirectLCI
ESPACE - Déjà connu des astronomes, un astéroïde est passé à proximité de la Terre mercredi soir, 5 Mars, à une distance plus proche que celle de la Lune. Un événement rare mais sans danger.

Rassurez-vous, la fin du monde n'est pas pour tout de suite. L'astéroïde 2014 DX110 qui a frôlé la Terre, mercredi 5 mars vers 22 heures (heure de Paris), ne représentait aucun danger pour la planète, a précisé la Nasa sur son site avant le passage. Il est passé néanmoins très près, vraiment très près, à une distance de 348 000 kilomètres, soit plus proche que celle de la Lune qui gravite à 385,000 km au-dessus de nos têtes. L'objet, baptisé 2014 DX110, mesure environ 30 mètres de diamètre, trop petit pour être visible depuis le plancher des vaches.

Un phénomène céleste exceptionnel ? Pas vraiment : selon l'Agence américaine qui les traque sans relâche, le passage d'un astéroïde à proximité de notre atmosphère se produirait une vingtaine de fois chaque année. Résidus de la formation du système solaire, ils sont nombreux, et de différentes tailles, à circuler dans le voisinage terrestre. Les scientifiques soulignent qu'une collision avec un de ces grands objets est très rare et aucun de ceux déjà détectés ne présente de risque dans le futur prévisible.

25 % des petits astéroïdes proches de la Terre détectés

La Nasa a déjà trouvé 95 % des plus gros de ces objets célestes - ceux qui mesurent plus d'un kilomètre de diamètre, dont un avait provoqué l'extinction des dinosaures il y a 65 millions d'années en s'écrasant sur la Terre. Néanmoins, le Congrès américain avait demandé aux astronomes en 2005 de trouver tous les astéroïdes de plus de 140 mètres de diamètre capables potentiellement d'anéantir une grande agglomération.

Car si les plus gros d'entre eux ont quasiment tous été localisés, il y aurait 25 000 astéroïdes d'au moins 100 mètres de diamètre sur des orbites proches de notre planète, et donc potentiellement dangereux, à l'image de celui tombé en Russie, le 15 février 2013. A ce jour, seulement 25 % d'entre eux ont été détectés.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter