Un astronaute a fait son entrée dans le premier hôtel gonflable de l'espace

High-tech
ESPACE - Un astronaute de la Station spatiale internationale (SSI), Jeff Williams, est entré pour la première fois lundi dans le module gonflable BEAM, qui pourraient un jour être utilisés sur Mars ou la Lune.

Un autre petit pas pour l’homme, mais un nouveau bond de géant pour l’humanité ? A bord de la Station spatiale internationale (ISS), ce lundi matin, l’astronaute Jeff Williams est entré pour la première fois dans le module gonflable Beam, déployé fin mai pour y tester un habitat plus léger en vue de voyages lointains dans l’espace.

À plus de 400 km au-dessus de nos têtes, l’américain a ouvert la porte du module à 8h47 (heure française) et a fait une première incursion, suivi du cosmonaute russe Oleg Skripochka. Une opération délicate qui consistait à récupérer un échantillon d’air, collecter les premières données des capteurs et vérifier l’état des conduites d’air.

Le Bigelow Expandable Activité Module est en "parfait état", a relevé l’astronaute, cité dans le communiqué de la Nasa. L''expérience s’inscrit dans le cadre d'un programme de la Nasa visant à tester, pendant deux ans, ces habitats gonflables plus légers et moins encombrants, qui pourraient un jour être utilisés sur Mars ou la Lune.

L'objectif ? "Repousser les frontières des habitats dans l’espace"

Le but final de la mission est de déterminer si le module peut offrir une protection contre les radiations solaires et cosmiques ainsi que contre les micrométéorites et autres débris spatiaux, en plus des températures extrêmes. De quoi, d’après l’ISS, "repousser les frontières des habitats dans l’espace".

Développée par la société Bigelow Aerospace pour le compte de l’Agence Spatiale américaine, la capsule Beam pèse 1400 kilos, pour 4 mètres de long, 3,23 mètres de diamètres et une fois rempli d'air, offre un volume de 16 mètres cube. Sa conception a coûté 17,8 millions de dollars. Transporté début avril à bord d'une navette SpaceX Dragon, son gonflement avait nécessité 8 heures.

À LIRE AUSSI
>>  Un astronaute dévoile son quotidien à bord de l’ISS sur Snapchat
>>  Pour fêter les 15 ans de l'ISS, voici 15 bonnes raisons de vivre dans l'espace
>> Retrouvez toutes nos actus sur l'espace sur metronews

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter