Un Australien prétend être l’inventeur du Bitcoin

High-tech

Toute L'info sur

La folie du bitcoin

IDENTITÉ - Un entrepreneur australien de 46 ans affirme dans plusieurs médias être l'inventeur de la fameuse cryptomonnaie. Une déclaration à prendre avec prudence.

Qui est donc le fameux Satoshi Nakamoto ? La question plane depuis longtemps et personne n'a été en mesure de percer le mystère entourant la véritable identité de l’inventeur du Bitcoin. Finalement, un homme a affirmé à la BBC , The Economist et au magazine GQ, être le créateur de cette cryptomonnaie.

Il s’agit de Craig Steven Wright, un entrepreneur australien de 46 ans. Pour appuyer ses allégations, il a consenti à livrer, dans un post de blog, des documents dont seul le véritable créateur du Bitcoin aurait pu avoir connaissance, notamment les clés de cryptages créées (par le fameux Satoshi Nakamoto) aux débuts du développement du Bitcoin, précise la BBC. En plus des preuves fournies, des membres éminents de la communauté et de l’équipe de développement auraient confirmé ses révélations.

Son nom avait déjà été évoqué

L’entrepreneur a fait savoir qu’il allait rendre publiques d’autres informations permettant à d’autres férus de cryptographie de vérifier son identité. Ce n’est pas la première fois que le nom de Craig Wrigh. En août dernier déjà, deux médias américains  Wired et Gizmodo, avaient déjà affirmé que Craig Whright était bel et bien la personne qui se cachait derrière le pseudo de Satoshi Nakamoto. Selon The Economist, l’homme est titulaire de nombreux diplômes en statistiques, droit, informatique et management. Il est également titulaire de deux doctorats en sciences informatiques et théologie.

Véritable génie ou affabulateur ?

Contrairement à la BBC, l’hebdomadaire The Economist, lui, préfère rester prudent : "il pourrait bien ne jamais être possible d’établir, au-delà du doute raisonnable, qui a véritablement créé le Bitcoin". Créée en 2009, cette monnaie numérique (dont le taux de change dépasse aujourd’hui 450 dollars, alors qu'il était de 1000 dollars en 2013) a une grande particularité : elle n’est pas régie par une banque centrale, mais par un algorithme. Les transactions sur le réseau Bitcoin sont totalement anonymes, et donc quasiment intraçables.

Lire aussi

Il ne veut pas d’argent, ni être célèbre !

Alors pourquoi mettre fin au mystère ? "Il y a beaucoup d’histoires sorties qui ont été inventées, et je n’apprécie pas cela quand des gens auxquels je suis attaché sont blessés", a-t-il confié à la BBC avant d’ajouter : "je préférais ne pas le faire, je veux travailler, je veux continuer à faire ce que j’ai envie de faire. Je ne veux pas d’argent, je ne veux pas être célèbre, je ne veux pas qu’on m’admire. Je veux juste qu’on me laisse tranquille".

Le 18 novembre dernier, à l'occasion de la rencontre des ministres européens des Finances lors du sommet du G7, la question du manque de contrôle des monnaies électroniques, et notamment le cas du célèbre Bitcoin, a été longuement évoquée. Cette monnaie électronique, utilisée principalement par les mordus d'Internet, est notamment suspectée de servir au blanchiment d'argent, et à l'achat d'armes sur le "Dark Net", un internet caché qu'affectionneraient particulièrement les malfaiteurs et les criminels.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter