Une chanson vous met en joie ? L'intelligence artificielle sait déjà pourquoi

Une chanson vous met en joie ? L'intelligence artificielle sait déjà pourquoi
High-tech

Toute L'info sur

Jusqu'où ira l'intelligence artificielle ?

BONNES NOTES - Si la musique est un art, des logiciels permettent désormais d'en disséquer précisément les effets sur celui qui l'écoute. Reste à voir si l'intelligence artificielle peut effectuer le chemin inverse. Et donc apprendre à créer la chanson parfaite. Eléments de réponse.

Certains morceaux font bouger vos pieds sans même que vous y pensiez, d'autres vous donnent la pêche pour la journée. Et à l'inverse, il y a ceux qui vous rendent mélancolique ou vous mettent la larme à l’œil. Plus souvent encore que l'image, la musique est un puissant vecteur d'émotions.  Mais existe-t-il une recette ? Dans une chanson pop ou une symphonie de Mozart, peut-on isoler ce qui vous fait passer un frisson dans le dos ou vous met le sourire aux lèvres ? C'est la question posée par des chercheurs d'une université de Los Angeles.

Pour ce faire, ils ont soumis des volontaires à une expérience simple : écouter des morceaux sélectionnés en portant des capteurs qui quantifient leurs réactions, pour les comparer ensuite à  l'opinion qu'ils en expriment. Des données analysées par la machine pour comprendre comment le ton, les harmonies, le tempo et le reste peuvent provoquer des réactions physiques chez l'auditeur. Une palette de réactions aussi variée que les composants d'un morceau de musique : le rythme cardiaque qui s'accélère, la température qui monte et les émotions positives ou négatives qui vont avec.

Lire aussi

Prédire si un morceau va fonctionner, ou pas

Partis d'une soixantaine de titres trouvés sur Spotify, les chercheurs en ont sélectionné trois : côté chansons tristes, un extrait de la B.O. de la série Band of Brothers et et un morceau du compositeur islandais Olafur Arnalds (écoutez ci-dessus), lui aussi spécialiste des bandes originales. En plus enjoué, un morceau du groupe japonais Lullatone. Trois morceaux écoutés par une centaine de cobayes, dont une quarantaine observés par un scanner. Autant de réactions observées à la loupe chez des participants qui ont également donné une note à la charge émotionnelle de chaque titre. 

Résultat : une montagne de données dont il sort de premières conclusions. Si vous voulez pousser le potentiomètre d'émotions dans un morceau mélancolique, la note sol est votre amie. Si, au contraire, vous voulez créer un morceau entraînant, qui donne de l'énergie, alors il faudra faire en sorte que le rythme soit très présent, sur un fond musical qui privilégie les fréquences moyennes et les aigus. 

Si l'étude qui vient d'être publiée n'est que préliminaire, ses auteurs y voient la première étape vers des systèmes qui pourraient aider les créateurs à insuffler l'émotion voulue dans un morceau ou qui permettraient aux plateformes de musique en ligne de créer les playlists parfaites selon le moment ou le contexte dans lequel se trouve l'auditeur.  Autres voies de recherche : imaginer des morceaux de musique thérapeutique, capables de stimuler des émotions ou des parties précises du cerveau. Reste un écueil : tout le monde ne réagit pas de la même façon face à un même extrait. Même disséquée par la science, la musique a donc toutes les chances de rester un art.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter