Urban loop : le métro ultra rapide d'Elon Musk pas plus grand qu'une place de parking

DirectLCI
TECHNOLOGIE - Le milliardaire américain a dévoilé une animation 3D montrant le prototype d'un métro (ou d'un bus) futuriste.

Les transports publics, "ça craint !",  débitait en décembre Elon Musk lors d’une conférence sur l’intelligence artificielle tenue à Long Beach en Californie (Etats-Unis). Pourquoi choisir un moyen de transport "qui ne sort pas d’où vous voulez sortir, n’arrive pas où vous voulez arriver, et ne part pas à tout moment" ? Et ce n’est pas le pire : "C’est une vraie galère […] On y est exposé à plein de gens inconnus, parmi lesquels pourrait se trouver un tueur en série".


Depuis maintenant deux ans, l'entrepreneur californien s'est mis en tête de révolutionner les transports en commun dans le futur. Avec son Hyperloop, ce projet de train à hyper-vitesse circulant dans des tubes sous vide, et sa   Boring Company, une entreprise de forage qui se spécialise dans la construction rapide de tunnels à grande profondeur, le PDG de Tesla et SpaceX s’est donné pour mission de mettre fin aux embouteillages dantesques qui paralysent la mégalopole californienne. 

Vendredi 9 mars 2018, dans une série de tweets, Elon Musk a tenu à donner davantage de précisions sur la "vraie" mission de la Boring Company en postant plusieurs images de son futur "Urban loop". Comme l'explique le milliardaire, sa compagnie va désormais se focaliser sur le transport de piétons et de cyclistes. Il ne s’agira plus d’aller dans les tunnels avec sa voiture, explique-t-il, mais de monter dans une sorte de bus autonome qui se déplacera à toute vitesse sous la ville. Quant aux stations, on ne devrait pas trouver quelques gigantesques endroits où les gens afflueraient par milliers, mais plutôt une multitude de petites stations placées dans toute la ville, comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessous.

Le concept?  A partir d'ascenseurs conçus comme des places de stationnement, sur le bas-côté de la route, les voitures rejoignent un réseau de tunnels souterrains. Placées sur des chariots électriques, les voitures sont ensuite acheminées à leur destination à 200 km/h. L'ensemble du trafic est évidemment piloté par ordinateur. Une fois arrivée à destination, la voiture est placée dans un ascenseur qui la ramène à la surface.


Le milliardaire américain a déjà obtenu des autorisations pour transpercer le sol sur des segments de quelques kilomètres dans le Maryland et en Californie, où sont réalisés actuellement les premiers tests en condition réelle. Au mois de juillet, Elon Musk avait indiqué avoir reçu "un accord verbal" du gouvernement américain pour la construction d'une ligne Hyperloop pour relier les villes New York et Washington DC. Le trajet prendrait seulement 29 minutes, contre 4 heures actuellement en voiture. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter