Ventes d'iPhone en berne : Apple revoit ses prévisions à la baisse, l'action dévisse

High-tech
DirectLCI
BAISSE – L’année ne débute pas pour le mieux chez Apple. Tim Cook a prévenu ses investisseurs et actionnaires, mercredi, que les résultats de son premier trimestre fiscal 2019 pourraient être plus bas que prévus. En cause, selon le constructeur américain, des ventes d’iPhone en berne et le ralentissement du marché chinois.

Cinq à neuf milliards de dollars en moins. C’est la différence annoncée, mercredi, par Tim Cook, juste avant la clôture de la bourse américaine. Le PDG d’Apple a publié un courrier aux investisseurs dévoilant ses prévisions du premier trimestre de l’exercice fiscal 2019 (octobre-décembre 2018). Tim Cook a révisé le chiffre d’affaires à 84 milliards de dollars au lieu des 89 à 93 milliards préalablement annoncés.


Pour expliquer ces résultats à la baisse, Apple avance plusieurs explications. Tout d’abord, le timing des ventes d’iPhone. Les iPhone XS et XS Max ont été lancés au T4 2018 alors que l’iPhone XR, sorti plus tard, n’est arrivé qu’au cours du trimestre suivant. Mais cela revient aussi à reconnaître à demi-mot que le succès n’est pas tout à fait au rendez-vous pour l’appareil phare de la marque, comme les dernières rumeurs le laissaient entendre. Apple a décidé depuis l’an dernier de ne plus communiquer sur ses chiffres de vente. Et un autre argument est également avancé par Tim Cook pour expliquer le ralentissement des ventes : le remplacement à moindre frais des batteries des anciens modèles (29 euros au lieu de 89 euros), qui n’a pas incité les utilisateurs à renouveler leur iPhone en fin d’année. 


L’accumulation de produits mis en vente (iPad Pro, MacBook Air, Mac Mini…) a également pesé sur la chaîne de fabrication et mis à mal certains produits comme l’Apple Watch Series 4 ou les AirPods, qui ont vu leurs ventes limitées faute d’unités. La baisse des subventions des opérateurs pour renouveler les iPhone est aussi incriminée.

Le marché chinois au ralenti

Autre raison à cette baisse des prévisions, le dévissement du marché chinois où les ventes d’iPhone, Mac et iPad ont été particulièrement décevantes. "La baisse des ventes d’iPhone, notamment en Chine et sur d’autres marchés émergents, explique la grande majorité de nos baisses de revenus sur un an", écrit-il dans une note. Apple ne détenait au 1er trimestre 2018 que 1 % de part de marché. La guerre commerciale que Donald Trump a décidé de livrer au pays n’y est sans doute pas étrangère et a très probablement encouragé les acheteurs à se tourner vers Huawei, le porte-étendard national que les Etats-Unis tentent d’écarter de leur territoire. Mais la santé de l’économie chinoise n’est également pas optimale. Alliée à un dollar jugé trop fort face aux autres monnaies, et Tim Cook tient une partie des responsables. "Le trafic vers nos magasins de détail et nos partenaires en Chine diminuent au fil des trimestres," reconnaît-il auprès de CNBC.

En vidéo

La Bourse démarre l'année du mauvais pied

Du côté des bonnes nouvelles, car il en fallait aussi pour rassurer les investisseurs, Tim Cook s’attend tout de même à une légère croissance des revenus par rapport au T4 2018. Il explique aussi que les autres produits (Apple Music, iCloud, accessoires, Apple Watch, iPad, etc.) ont augmenté de près de 19 % en un an. Les services sont sans doute le nouvel eldorado d’Apple, ils lui ont rapporté près de 11 milliards de dollars au cours du trimestre.


"Notre parc de périphériques actifs a atteint un nouveau sommet : plus de 100 millions d’unités activées en 12 mois. De plus en plus d'appareils Apple sont utilisés, ce qui témoigne de la loyauté, de la satisfaction et de l'engagement de nos clients", se félicite l’homme fort de Cupertino qui conclut : "Alors que nous sortons d'un trimestre difficile, nous sommes plus que jamais confiants dans la force fondamentale de notre entreprise. Apple a toujours utilisé les périodes d'adversité pour revoir son approche, tirer parti de sa culture de la flexibilité, de l'adaptabilité et de la créativité pour en sortir meilleur. Apple innove comme aucune autre entreprise sur la planète et nous ne mettrons pas le pied sur le frein."


Cela n’a cependant pas empêché l’action de finir la journée à la baisse de plus de 8%, entraînant à sa suite tout Wall Street et de nombreuses bourses.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter