VIDÉO - Arctique : les images inquiétantes de la fonte des glaces vue de l'espace par la Nasa

DirectLCI
ECOLOGIE - L'Agence spatiale américaine a mis en ligne une vidéo, réalisée à partir d'images prises depuis l'espace, qui permet de mettre en évidence l'évolution de la fonte des glaces dans l'océan Arctique. En l'espace de six mois, des millions de kilomètres de banquise se sont évaporés dans l’hémisphère nord.

La Terre a connu en 2016 des records de chaleur.  Et comme chaque année à la même époque, la fin de la saison de la fonte des glaces dans l’océan Arctique est l’occasion pour les scientifiques du monde entier d’évaluer l’ampleur du réchauffement climatique.  Une vidéo de l’Agence spatiale américaine, réalisée à partir d’images prises depuis l’espace entre le 24 mars et le 10 septembre, permet de mettre en évidence ce phénomène, considéré aujourd’hui comme irréversible.  


La banquise a de plus en plus de mal à se reformer

Selon les observations de la Nasa, il ne reste au 10 septembre plus que 4,14 millions de kilomètres carrés de glace dans l'hémisphère nord (sur une superficie totale de 14.5 millions de kilomètres carrés enregistrée en mars 2016). Un chiffre alarmant, proche du niveau record de 3,41 millions de kilomètres carrés enregistré en 2012.


Tous les ans, la glace fond durant le printemps et l'été, avant de se reconstituer en automne et en hiver. Cependant, à cause du réchauffement climatique, la banquise a de plus en plus de mal à se reformer. Or, le rôle de cette couche de glace dans l'océan Arctique est extrêmement important : elle a un impact sur la circulation des océans et permet notamment de réguler la température de la Terre.


Le Groenland a battu des records de chaleur à la belle saison

Une étude de l'Union internationale pour la conservation de la nature a d'ailleurs été publiée début septembre pour analyser les conséquences de la montée des températures des eaux sur l'environnement et les écosystèmes : migration des animaux vers les pôles, baisse du stock de poissons, fréquence accrue de tempêtes et risques élevés pour la santé, des animaux mais aussi des êtres humains. Bref, un tableau plutôt noir.


Lire aussi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter