VIDÉO - Assistants intelligents : ils veulent tous un écran !

High-tech
C'EST POUR DEMAIN - Après la vague des enceintes connectées qui embarquaient Alexa ou "OK Google", la nouvelle génération ajoute volontiers un écran au système. Un écran de plus à la maison, pas toujours une bonne idée ?

Sur le papier, c'était simple : la promesse des assistants connectés, qui répondent à vos questions, gèrent la liste des courses et -surtout- permettent d'écouter musique et podcasts, était simple : ajouter un peu d'intelligence et toutes sortes de services à la maison, sans pour autant rajouter un écran à tous ceux que vous consultez déjà, du PC au smartphone et du téléviseur à la tablette. Simple, basique.  Mais chassez le naturel des constructeurs high-tech et il revient au galop : le plus marquant dans la nouvelle génération d'assistants qui arrivent aujourd'hui sur le marché chez nous, c'est qu'ils ont... un écran.


Alors certes, un écran, ça rend toutes sortes de services que la voix ne sait pas gérer : jeter un oeil sur la météo à venir, sur ses rendez-vous, choisir une image, une chanson, une vidéo. Le tout bien mieux qu'avec les choix multiples d'une interface vocale. Reste à voir ce que les constructeurs vont faire de cet écran que l'on n'attendait pas.

"Alexa, c'est quoi ce curieux écran ?"

Chez Amazon, on a fait un choix de design un peu gonflé : pour faire de son Echo Spot un appareil qui puisse trouver sa place dans n'importe quelle pièce de la maison, on en a fait une sphère, de la taille d'un pamplemousse, avec un écran rond. De quoi donner à l'ensemble un design qui ne rappelle pas une tablette -bien joué- mais avec un détail quand même : si l'interface d'Echo Spot est forcément faite pour supporter son écran, il en va tout autrement quand on demande à l'assistant d'afficher photos et vidéos qui, elles, sont désespérément carrées, sauf à zoomer sans pitié dans l'image. 


Mais le choix d'Amazon est logique, et louable. Echo Spot est discret, le son de l'enceinte intégrée est meilleur qu'on aurait pu l'attendre au regard de sa taille, et la richesse fonctionnelle d'Alexa fait le reste. Enfin sorti chez nous, Echo Spot coûte 130 euros environ.

5, 7, 10 pouces, Archos dit "Hello" en trois tailles

Chez le Français Archos, on aime tellement l'idée d'un assistant à écran que l'on en a sorti trois, baptisés Hello, différents par le design, et surtout par la taille. Le petit modèle et son écran 5 pouces fait penser à un radio-réveil un peu vintage, avec son petit plateau de bois sur le dessus, qui cache une recharge sans fil pour votre smartphone, s'il le supporte. Les modèles 7 et 10 pouces ressemblent plus à une tablette couplée à un haut-parleur, sinon que l'on pourrait la poser en hauteur ou en largeur. 


À l'intérieur, peu de surprises, c'est bien une tablette Android qui embarque l'assistant Google, et permettra donc de faire peu ou prou tout ce que l'on ferait avec une tablette ou un smartphone, à des prix doux, de 129 à 199 euros selon le modèle. À noter qu'Hello intègre une batterie. De quoi en faire une enceinte portable ou finir de regarder au salon la vidéo débutée dans la cuisine.

Facebook Portal, victime d'une crise de foi

Et puis, il y a la surprise de la semaine, Portal, comme une tablette verticale à poser sur un meuble, un appareil signé Facebook, qui intègre Alexa comme assistant numérique, mais a surtout une fonction : les appels vidéo, entre deux Portal, ou entre un appareil et n'importe quel utilisateur de Facebook Messenger. De la visio-conférence plutôt intelligente : la caméra vous suit quand vous vous déplacez. Et s'il détecte une autre personne dans la pièce, Portal élargit l'image pour que tout le monde puisse participer à la conversation. 

Le problème, ici, ce n'est pas l'écran, c'est Facebook, qui sort Portal au moment où il tente de faire la lumière sur le piratage dont ont été victimes quelques dizaines de millions de ses utilisateurs, alors même le réseau social fait face à une sérieuse crise de confiance. Du coup, l'arrivée de Portal a été quelque peu chahutée dans la presse spécialisée aux Etats-Unis, dont le message résumé était "Une caméra Facebook chez moi, jamais !". Peu importe que l'appareil permette de désactiver micro et caméra, et que Facebook soit déjà présent dans nos smartphones : pour beaucoup, l'idée d'une caméra Facebook à poser dans son salon ou sur sa table de nuit n'irait qu'avec une confiance absolue dans les données recueillies, et dans leur sécurité. Portal n'a pas encore de date de sortie chez nous. De quoi nous laisser le temps de réfléchir, et à Facebook de corriger le tir ?

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Jusqu'où ira l'intelligence artificielle ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter