VIDÉO - Au Japon, l'hôtel aux robots vire ses droïdes et revient à l'humain

VIDÉO - Au Japon, l'hôtel aux robots vire ses droïdes et revient à l'humain
High-tech

PLAN SOCIAL - Ouvert en 2015, un hôtel de Nagasaki ressemblait à une expérience de laboratoire, avec des robots omniprésents. Mais les bugs et le service client déficient ont eu raison du concept, la moitié des robots de l'établissement vont donc être remplacés par des employés humains.

Dès son ouverture au printemps 2015, le Henn na Hotel de Nagasaki faisait figure de curiosité. Imaginez, un hôtel où l'homme serait remplacé partout ou presque par des robots, dès l'accueil. Des robots parfois surprenants, comme ces deux dinosaures qui gèrent l'arrivée des nouveaux clients. Ou encore un robot industriel à bras articulé qui range votre valise dans la bagagerie et un robot concierge qui répond à vos questions sur le quartier, les transports, les attractions et les restaurants à visiter. Seule intervention humaine : la sécurité et le changement des draps, payant d'ailleurs. En tout cas, c'était l'idée...

Le problème, c'est que la robotisation du service au client n'est pas un long fleuve tranquille. Il y a les robots qui ne comprennent pas vos questions, ceux qui tombent en panne, les robots garçons d'étage qui n'arrivent pas à se croiser dans un couloir sans accident. Et puis il y a tous les assistants vocaux installés dans les chambres, qui avaient tendance à se réveiller au milieu de la nuit, tentant de répondre aux ronflements du client.

Un service client qui fait désordre

Si les clients de l'hôtel des robots avaient conscience dès la réservation qu'ils prenaient part à une expérimentation in vivo, encore aurait-il fallu que celle-ci fonctionne, surtout dans un pays où l'hospitalité et le service au client font partie de la culture. Résultat : près de quatre ans après l'ouverture, la société propriétaire de l'hôtel jette finalement l'éponge et décide de licencier tous ceux des robots qui n'étaient pas à la hauteur de leur tâche.

Lire aussi

Autre défaut : à coup de pannes et de réservations annulées, certains robots ont parfois fini par coûter plus cher en remplacement et en maintenance que leurs équivalents humains, un comble. Sur les 243 robots présents dans l'hôtel, la moitié environ vont être remisés, revendus, ou recyclés. La chaîne d'hôtels n'abandonne pas son idée pour autant, l'hôtel robotisé reviendra "quand la technologie sera prête."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter