VIDÉO - Batterie, empreinte digitale... les trouvailles de la valise connectée made in France

High-tech
DirectLCI
PARLONS... HIGH-TECH - Dans la foule des bagages dopés de technologie, il y a beaucoup de fausses bonnes idées. Mais aussi quelques vraies trouvailles de design, comme la valise d'une start-up française, qui résout de vrais problèmes.

Alors que le marché du bagage est trusté par quelques géants du haut de gamme, et par une myriade de constructeurs chinois côté low-cost, il est presque curieux de voir le nombre de start-up qui s’intéressent au monde du bagage. Ainsi, on dénombre des dizaines de modèles et beaucoup de projets sur les plateformes de financement participatif (Kickstarter, Indiegogo, etc.). Dans le lot, on a vu passer nombre de prototypes de valises qui vous suivent à la trace, des valises robots qui sont pour l'essentiel le parfait exemple de la fausse bonne idée. 

Le défi de la batterie

Plusieurs explications : d’abord les batteries, les moteurs qui font tourner ces robots-valises, alourdissent le bagage et occupent à l'intérieur un volume de chargement précieux. Résultat : votre valise à vide ne l'est jamais vraiment et affiche pourtant déjà un poids aux deux tiers du maximum autorisé pour un bagage en cabine. Surtout, et c'est douloureusement apparent dans toutes les vidéos de démonstration, la valise qui vous suit ne fonctionne vraiment que dans des conditions idéales, de préférence dans des aérogares désertes, dans lesquelles vous devrez pourtant garder un œil derrière vous pour être sûr qu’elle vous suit bien. Bref, une solution pas très convaincante à un problème qui n’existait pas. 

La bonne nouvelle, c'est qu'il y a des initiatives plus heureuses, comme celle de Xtend, une start-up française qui a repris de zéro le design de ce qui doit être un bagage cabine. Deux ans d'efforts et quelques bonnes idées, de grosses roues silencieuses, une poignée très large, mais surtout quelques trouvailles pensées pour résoudre de vrais soucis, petits ou grands, du voyageur. 


Premièrement, l’autonomie : la hantise du voyageur, à égalité avec les avions annulés, c’est la batterie de smartphone à zéro. Ici, la solution, ce sont des prises USB cachées à la base de la poignée, des prises diverses (USB-A, USB-C, et micro-USB) pour connecter toutes sortes d'appareils, rechargés grâce à une batterie embarquée dans le flanc de la valise, 20.000 milli-ampères de capacité, de quoi voir venir. On peut même mettre à charger des appareils à l’intérieur de la valise, dans une pochette présente à l'arrière, pour qu’ils restent accessibles.

Une empreinte digitale pour ouvrir la serrure

Second souci : la serrure. Jusque-là, deux solutions : soit de toutes petites clés - si faciles à perdre - ou plus généralement des serrures à code qui prennent un peu de temps à ouvrir… quand on n'a pas oublié le code entre deux voyages. Ici, rien de tout cela, la serrure s’ouvre avec votre empreinte digitale, sur un petit lecteur caché sur le haut de la valise. On peut y stocker les empreintes de plusieurs doigts, ou celles d'autres personnes avec qui vous partagez votre valise, par exemple.


Dernier souci, peut-être le plus courant : vous partez en voyageant léger, et puis vous faites du shopping, vous rapportez des cadeaux, et soudain, votre valise devient trop petite. C'est là que Xtend justifie son nom de baptême, la valise est extensible, avec un soufflet dépliable qui ajoute 50% de capacité au bagage. Seul bémol : elle dépasse alors la hauteur limite d'un bagage cabine. Vous pourrez donc l'enregistrer en soute. Une housse de protection est livrée avec, pensez juste à retirer la batterie de son logement, elle ne peut voyager qu'en cabine.


Si le design de la valise est haut de gamme, son prix l'est aussi : comptez un peu moins de 600 euros pour ce premier modèle, qui en annonce probablement d'autres. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La Matinale

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter