VIDÉO - Salon de l'électronique de Las Vegas : des écrans géants, pliables... et invisibles

High-tech
DirectLCI
REPORTAGE - Au CES, les constructeurs continuent de rivaliser d'inventivité pour rendre des écrans -de plus en plus grands- les moins visibles possibles. Le grand carré noir qui truste le mur du salon a presque vécu, il faudra juste y mettre le prix. LCI s'est promené dans les allées.

Cinq mètres cinquante de large. Si Samsung a appelé son téléviseur "The Wall", il y a des raisons claires, voire lumineuses. Par exemple l'image surgissant presque de l'écran, très haut de gamme, qui sert de navire amiral à la technologie MicroLED dévoilée ici même au CES de Las Vegas il y a un an.


Ici, ce n'est pas la discrétion qui est de mise, au contraire. Ce que permettent les MicroLED, c'est justement de couvrir un mur entier, sur mesures, avec de petits carrés d'une vingtaine de centimètres de côté à disposer comme on veut tant qu'ils sont connectés. Aujourd'hui, le procédé -dont les prix n'ont pas été communiqués- semble réservé à l'affichage dans les lieux publics et aux utilisateurs professionnels. 


Mais cela devrait changer. Car ce que Samsung a inventé, c'est la télévision modulaire. Prenez-en assez pour créer un écran de 75 pouces aujourd'hui, et agrandissez-le plus tard, passez du 16/9e au Cinemascope, le tout avec des éléments d'une finesse telle que l'on n'a qu'à les coller au mur. Dommage que tout cela ne se conjugue pour l'instant qu'au futur.

Comme Mary Poppins sortant un lampadaire du sac à main

L'autre solution, plus zen, est signée LG. Depuis que le frère ennemi coréen de Samsung a basé sa stratégie sur les écrans OLED, on savait bien qu'il tirerait partie un jour de leur flexibilité autrement que pour des prototypes ou des démonstrations sans lendemain. C'est fait, et c'est même très bien fait, avec le nouveau LG Signature R,R pour "rollable".  Car oui, le nouveau téléviseur de LG est déroulable. 


La démo est bluffante : intégré dans une barre de sons massive, mais assez discrète pour être posée sur un meuble au salon, l'écran se dresse lentement quand on l'allume, un déploiement qui ressemble à de la magie quand on comprend qu'il est bien plus haut que l'enceinte qui le contenait, comme Mary Poppins sortant un lampadaire de son sac à main. Au CES, nombreux étaient les visiteurs qui regardaient ainsi la barre de sons sous tous les angles, comme pour tenter de découvrir quel était le "truc".

Le seul truc, c'est la flexibilité de l'OLED, dans un écran qui semble pourtant bien rigide et sans courbure quand il sort de sa cachette. En résumé, LG vient juste, en toute modestie, de réinventer l'intégration du téléviseur dans la déco du salon. Cela n'était pas arrivé depuis plus de vingt-cinq ans et les premiers écrans plats. 


Évidemment, et comme chez Samsung, on craint un peu de découvrir la douloureuse. Les prix n'ont pas été communiqués par LG. Mais, sans surprise, ils seront à cinq chiffres, plus élevés encore que le téléviseur 8K de 88 pouces également lancé  lors de ce Salon de l'électronique grand public, et que cet écran déroulable a quelque peu éclipsé.

Bientôt dans nos smartphones, et partout ailleurs

Mais de l'OLED dans des écrans flexibles, il pourrait en arriver dans nos poches avant que l'on puisse s'en offrir un au salon. On sait notamment que Samsung devrait dégainer le sien dans les mois à venir . Surtout, on peut déjà commencer à se faire une idée du futur des smartphones pliants en visitant Royole, un constructeur établi entre la Californie et Hong-Kong. 


Fin d'année 2018, il avait présenté un premier modèle de smartphone flexible. Nous avons pu le prendre en main cette semaine à Las Vegas. Appelons cela une esquisse plutôt qu'un produit fini. Si l'objet intrigue, le smartphone lui-même est lent, pas très utilisable, pèse lourd et prend une place folle en poche. On imagine que c'est parce que Royole n'a pas les moyens de design industriel d'un Samsung. Ses radios, ses enceintes connectées, où l'écran suit le contour de l'objet, sont moins ambitieux mais beaucoup plus convaincants. Et clairement, le mouvement vers la flexibilité est lancé.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter