Chine : l'appli à la gloire du président espionnerait 100 millions d'utilisateurs

High-tech

BIG BROTHER - Une application éducative présentant l'idéologie du président Xi Jinping et du Parti communiste fait beaucoup parler d'elle en Chine. Non pas par sa teneur, mais par son fonctionnement. Xuexi Qiangguo permettrait ainsi au gouvernement d’espionner plus de 100 millions de personnes. Celui-ci dément.

C’est la version moderne du Petit Livre rouge de Mao. En Chine, l’appli Xuexi Qiangguo est à la gloire du président Xi Jinping, retrace sa vie et son œuvre, évoque sa philosophie à travers des articles, des textes, des vidéos. Une "appli éducative" riche en (r)enseignements, mais visiblement surtout pour le gouvernement chinois.

Une étude d'Open Technology Fund (OTF) -un programme financé par le gouvernement américain pour un "internet libre"- a découvert que Xuexi Qiangguo (qui signifie Etudier pour rendre le pays plus fort), développée en collaboration avec le géant du web chinois Alibaba, installait sur les smartphones de ses utilisateurs un logiciel espion sous forme de backdoor, qui permet d'accéder aux données de l'appareil. Le rapport d'OTF a été réalisé en collaboration avec l'entreprise de cybersécurité Cure53.

Des journalistes et membres du PC obligés de la télécharger

L'appli, téléchargée par plus de 100 millions de personnes, permet ainsi à ses concepteurs -en gros, le gouvernement chinois- de pouvoir de faire ce qu'ils veulent (modifier des fichiers et des données, suivre ce qui est fait sur l'écran, télécharger un logiciel, géolocaliser...). Xuexi Qiangguo parviendrait également à récupérer les informations provenant de près d'un millier d'applis tierces, notamment américaines (Uber, WhatsApp, Airbnb...). En revanche, l'étude d'OTF n'explique pas comment les données sont ensuite utilisées.

L'application à la gloire du dirigeant chinois a été lancée en début d'année et doit être obligatoirement téléchargée par les millions de membres du Parti communiste chinois et fonctionnaires de l'exécutif. Les journalistes d'Etat chinois doivent aussi l'utiliser afin de tester leur "loyauté" envers Xi Jinping. Chaque article lu, chaque questionnaire rempli ou vidéo regardée, rapporte un point d'étude à son utilisateur.

Interrogée par le Washington Post, le bureau d'information du conseil d'Etat chinois a nié toutes les allégations de l'OTF.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter