EXCLUSIF - Malgré les travaux de reconstruction, voici comment visiter Notre-Dame de Paris... en 3D !

EXCLUSIF - Malgré les travaux de reconstruction, voici comment visiter Notre-Dame de Paris... en 3D !
High-tech

Toute L'info sur

Le 20h

RÉALITÉ VIRTUELLE - La cathédrale Notre-Dame de Paris est aujourd'hui inaccessible. Mais grâce à un casque virtuel, on peut tout de même y entrer. On peut voir l'avant et l'après incendie dans un documentaire de seize minutes.

Inaccessible ? Pas tout à fait. Si neuf mois après l'incendie de Notre-Dame le site est toujours interdit au public, il est possible d'y avoir accès grâce à la réalité virtuelle. 

Les équipes de Targo, un média produisant des documentaires au format réalité virtuelle, ont pu filmer en trois dimensions la cathédrale. Initié en janvier 2019, soit trois mois avant le terrible incendie qui a ravagé la cathédrale, le projet avait pour vocation de montrer à 360 degrés les coulisses de la cathédrale. Des images qui après l’incendie prennent une toute autre importance et constituent désormais les derniers vestiges du chef d’oeuvre du Moyen Âge. 

Des images pour admirer et pour aider à la reconstruction de la cathédrale

Sauf qu'au delà d'offrir une véritable reconstitution de la cathédrale grâce à la réalité augmentée, Targo pose aussi sa pierre à l'édifice que constitue la reconstruction de Notre-Dame. Après l'incendie, l’équipe revient en effet pour montrer l’intérieur de l'édifice tel qu’il est aujourd’hui. Une tâche pour le moins compliquée car les contraintes de sécurité sont bien différentes de lors leur premier tournage. 

Impossible pour les vidéastes de pénétrer sous l'allée centrale en raison des chutes de pierres sous la nef, alors ils ont trouvé une solution pour le moins insolite. "On s'est dit qu’on allait utiliser un robot, qui ressemble à un robot lunaire, pour pénétrer au milieu de la cathédrale et pouvoir être vraiment sous le trou de la nef", explique Chloé Rochereuil, réalisatrice du documentaire et cofondatrice de TARGO. Un sacré atout technologique mais qui ne peut pas pour autant se faufiler partout, les équipes de TARGO ont donc pu avoir accès aux échafaudages du toit, essentiels au sauvetage de l'édifice, et les filmer. Un travail qui sera certainement utile pour la reconstruction de la cathédrale. 

Avis aux amateurs et possesseurs de casques de la marque Oculus, si vous souhaitez visionner ce documentaire et (re)découvrir la cathédrale c'est ici

Voir aussi

Le cap des 5 ans fixé par Emmanuel Macron toujours maintenu

Auditionné mercredi 22 janvier par la commission de la culture du Sénat, le général Jean-Louis Georgelin, président de l'établissement public pour la restauration de Notre-Dame de Paris, a déclaré vouloir maintenir le délai de cinq ans posé par le président de la République, "même si ça ne veut pas dire que tout sera terminé". La mise en sécurité de la cathédrale s'avère pour le moins complexe, "il est encore trop tôt pour affirmer que la cathédrale est sauvée", prévient d'entrée le général, "Il reste encore quelques étapes particulièrement périlleuses" comme la mise en sécurité de l’échafaudage autour de la flèche et son démontage.

Jean-Louis Georgelin fixe le début du démontage de l'échafaudage à partir de mi-février. Une opération qui durera plusieurs mois avant que ne commencent, après un diagnostic complet de l'édifice, les travaux de restauration au courant de l'année 2021. Un chantier colossal au coût colossal. Le général Georgelin est revenu sur la souscription nationale qui a permis de réunir 335.000 donateurs. Sur les 900 millions de promesse de dons, 180 millions d'euros ont été encaissés mais selon ses dires de grands donateurs n'ont à ce jour pas encore donné .

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent