VIDÉO - Harley va sortir sa moto électrique : un sacrilège ? On a posé la question aux fans de la marque

High-tech
PAS DE POT - Elle s'appelle Livewire. Cette moto électrique haut de gamme, pour une marque emblématique, doit enfin sortir cette année. Problème : les fans semblent détester l'idée. Cela fait pourtant cinq ans que Harley les y prépare.

De Harley-Davidson, on reconnaît surtout le logo et un peu le design du phare avant, qui rappelle les roadsters. Mais de fait, pour le constructeur américain, cette Livewire est bien un animal d'un genre nouveau : sa première moto électrique. Un bond en avant pas évident quand on possède une marque dont l'ADN sent l'huile et l'essence, et dont l'ethos affiché de liberté s'affranchissait jusque-là de considérations écologiques. Harley, c'est le "potato", le bruit inimitable du moteur V-Twin, un idéal de route à perte de vue. Bref, toutes ces choses qui sont difficiles à concilier avec la mobilité électrique. Mais laissons sa chance au produit.


Sur le papier, rien à redire. La Livewire tire un parti immédiat de l'électrique, avec une accélération qui sécherait l'essentiel des autres modèles de la marque : elle passe ainsi 0 à 100 km/h en 3,5 secondes seulement. Si l'on ne taquine pas trop ce qu'il ne faut plus appeler la poignée des gaz, on peut espérer une autonomie de 180 kilomètres environ entre chaque recharge. On ne connaît pas la capacité de la batterie, seulement sait-on qu'elle viendra de chez Samsung. Reste le design, pensé pour rester dans les codes de la marque tout en accommodant la taille de la batterie. Les pots d'échappement, eux, ont évidemment disparu.

Électrique et connectée

L'autre nouveauté, côté Harley, c'est que sa moto électrique sera aussi un véhicule connecté. Le propriétaire sera ainsi toujours en mesure de garder un oeil sur sa Livewire au travers d'une application mobile, pour surveiller la charge de la batterie, être averti en cas de vol ou de choc. Des choses certes déjà vue ailleurs, mais une première pour le constructeur de Milwaukee. Tout ce système est géré dans le Cloud, fourni à Harley par Panasonic.


Alors, Harley aurait-il réussi l'impossible en fabriquant une moto électrique aussi vraie qu'une moto de motard ? Si c'est le cas, ce serait une première puisque l'essentiel de ses concurrents japonais en sont encore au stade du prototype. Reste à convaincre ses clients, et à vendre la nouvelle machine. Et là, deux soucis. D'abord le prix, plus de 30.000 euros, loin des tarifs affichés par certaines marques spécialistes, comme les Californiens de Zero Motorcycles, dont les premiers modèles - certes moins imposants - s'affichent autour de 15.000 euros, pas plus cher qu'un scooter électrique haut de gamme comme le BMW C Evolution.

Pas assez bruyante pour les fans

Et puis, il y a les passionnés, les fans, ceux pour qui Harley est plus un style de vie qu'une marque de motos, des fans qui sont à la moto ce que les fans d'iPhone sont au high-tech : exigeants, fidèles et regardant le reste du marché avec un soupçon de condescendance. Ces fans français, nous sommes allés leur poser la question : une Harley électrique, vous seriez prêts à sauter le pas ? 


Sur le groupe Facebook qui les rassemble par milliers, la question a suscité une avalanche de réactions. Pas vraiment un débat, toutes ou presque allant dans le même sens. "Si l'avenir, c'est ça, alors j'arrêterai la moto" pense Patrice. "Le bruit typique du bon gros V-Twin historique opposé au son édulcoré du sèche cheveux, très peu pour moi", renchérit Flavie.

On sort de l'âme de Harley-Davidson, aussi bien par le look et que par l'esprit et le "bruit" significatif d'Harley. La LiveWire ne ressemble en aucun cas à une Harley-Davidson.Gérald L., dans un commentaire Facebook

Personne ici n'est cependant surpris par l'arrivée cette année de la Livewire, et pour cause : depuis 2014, Harley joue la transparence sur les prototypes successifs de l'engin, les montre dans les salons, les met dans les mains des spécialistes, pour recueillir leur opinion. Pas assez donc pourtant pour convaincre sa base. Entre ceux qui comparent le bruit du moteur à un "mixeur à soupe" ou à un chariot élévateur, et ceux qui l'appellent "la chaise électrique", la Livewire a du mal à se faire des fans parmi ceux qui vouent déjà un culte à la marque. "Autant prendre une trottinette électrique" revient aussi souvent. 


Malgré tout, une poignée d'entre eux nous ont contacté par message privé, pour nous dire qu'ils seraient quand même curieux d'essayer la bête, voire de se l'offrir... sans pour autant sacrifier le Road King ou la Street Glide qu'ils ont aujourd'hui. "Trop sportive, trop chère, trop juste en autonomie", estime Christophe, avant d'ajouter : "Mais au moins Harley-Davidson a le mérite de prendre les devants et de se préparer au futur. La nouvelle génération de bikers sera peut-être séduite."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La voiture électrique, le véhicule de demain ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter