VIDÉO - "Hello World" : quand une intelligence artificielle compose un album avec des humains

High-tech
FUTUR - Depuis ce vendredi matin, "Hello World" est disponible en écoute sur Spotify. Cet album a été composé sous la houlette de Flow Machines, une intelligence artificielle développée par un chercheur français. Un projet à la fois musical et scientifique auquel a notamment participé l'artiste Stromae.

Bienvenue dans le futur. Un album de musique composé par plusieurs artistes, dont Stromae, avec l'aide de technologies d'intelligence artificielle (IA) est depuis ce vendredi 12 janvier disponible en écoute sur Spotify. Une première mondiale, selon la plateforme suédoise de streaming musical. Cet album, appelé Hello World et produit par le label indépendant Flow Records, est l'aboutissement d'un projet de recherche scientifique baptisé "Flow Machines", initié par François Pachet, ancien directeur du Computer science laboratory (CSL) de Sony à Paris, qui a rejoint Spotify l'an dernier. L'opus comporte 15 titres aux styles variés : pop, électro, jazz, etc. 


L'intelligence artificielle a permis aux artistes de générer des mélodies, des harmonies, des voix, à partir de morceaux ou d'extraits musicaux qu'ils soumettaient à des logiciels. Ils pouvaient ensuite utiliser les éléments obtenus, les modifier ou les abandonner au gré de leur processus créatif. "Il ne s'agissait pas du tout de cantonner les artistes dans un rôle de spectateur", mais "de voir comment on peut faire des outils qui les aident, en les poussant à faire des choses nouvelles et différentes", explique François Pachet. Pour cet album, Benoit Carré alias Skygge, membre de l'équipe et ancien du groupe Lilicub, a choisi les artistes et a également collaboré à plusieurs des titres.

Après la révolution du synthétiseur dans les 80's, l'IA

 François Pachet a lancé Flow Machines au sein du CSL et de l'Université Pierre et Marie Curie, à Paris, en visant au départ à "développer des technologies d'intelligence pour comprendre la notion de style dans des oeuvres". Puis son équipe de Flow Machines a voulu mettre ces technologies entre les mains d'artistes professionnels. Pour lui, "de la même manière que le synthétiseur a révolutionné la musique dans les années 80", l'utilisation de l'intelligence artificielle "est la prochaine étape dans l'évolution des outils d'aide à la création musicale, et va "produire des environnements très nouveaux et stimulants".

Comment fonctionne la technologie Flow Machines ?

Les ingénieurs qui ont travaillé sur ce projet ont intégré dans la base de données des partitions de jazz, de pop et de musique brésilienne – 13.000 au total – ainsi que l’intégralité des partitions écrites par le Brésilien Almir Chediak. Pourquoi se cantonner à la pop, au jazz et à la musique brésilienne ? Le catalogue a d’abord été choisi pour son caractère "fermé" : le style des compositeurs morts, comme Miles Davis par exemple, est plus facile à modéliser. Et ces genres musicaux s’attachent à la mélodie ou l’harmonie. "Dans la musique lounge, le hard-rock ou le rap, la notion de partition est beaucoup moins importante parce qu’il n’y a pas d’harmonie, ou très peu", explique François Pachet. Sans jugement de valeur, insiste-t-il.

L'intelligence artificielle se lance alors dans un travail de représentation statistique. "Au départ, on donne un style, c’est-à-dire un ensemble de morceaux qu’on a sélectionnés nous-mêmes. La machine va les analyser et essayer de voir ce qui est récurrent. Après telle note et tel accord, il y a plutôt telle note et tel accord avec telle probabilité. C’est fait de manière intelligente et ça construit un objet statistique à partir duquel on va pouvoir générer d’autres morceaux qui auront les propriétés statistiques observées dans le corpus."

L'album Hello World est en écoute gratuite dans son intégralité sur la plateforme de streaming Spotify et en cas de succès, peut-être sous forme de vinyle, espère François Pachet.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Jusqu'où ira l'intelligence artificielle ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter