Marshmallow, joint, crème brûlée... Le lance-flammes "qui n'est pas un lance-flammes" d'Elon Musk embrase le Web

DirectLCI
NO LIMIT - Le fondateur de SpaceX et Tesla a annoncé avoir écoulé les stocks de son lance-flammes, destiné à "mettre le feu dans n'importe quelle soirée". Les mille premiers exemplaires ont été livrés à leurs propriétaires le week-end dernier. Si certains sont d’ores et déjà en vente sur eBay, ceux qui ont gardé leurs lance-flammes en font usage pour des choses plutôt inattendues.

Mais à quoi joue Elon Musk avec son lance-flammes ? La dernière folie d’Elon Musk embrase les réseaux sociaux. Le week-end dernier, le milliardaire fantasque a organisé une petite fête sur le parking du siège de The Boring Company, où étaient conviés les heureux futurs propriétaires des mille premiers exemplaires du lance-flammes que cette entreprise, spécialisée dans le creusement de tunnels autoroutiers, commercialise depuis le mois de janvier. Les invités, venus pour certains en famille, poussette à la main, ont pu utiliser leurs nouveaux jouets et griller quelques marshmallows au lance-flammes, en compagnie du magnat américain. 

Le lance-flammes d’Elon Musk ressemble à un fusil d’assaut dont les entrailles ont été changées pour lui faire cracher du feu. , Il est doté d'une crosse courte, d'un canon à large diamètre et d'une grosse capsule de gaz propane. Un extincteur est aussi livré gratuitement avec l'appareil. La vente a officiellement démarré le 28 janvier dernier. Les livraisons des lance-flammes se feront au fur et à mesure. Au total, 20.000 exemplaires ont été mis en vente en début d’année sur le site de la Boring company, au prix de 500 dollars, et ont trouvé preneurs en quelques jours.


L'arme - qui, pour des raisons légales, a été rebaptisée "Not a Flamethrower" (en français, "pas un lance-flammes") - est décrit comme "le plus sûr du monde" et inclut la garantie "de mettre le feu dans n'importe quelle soirée", peut-on lire sur le site internet de la Boring Company. Musk assure, lui, dans un tweet, qu'il peut aussi servir à faire des marrons grillés et qu'il fonctionne également très bien "contre les hordes de morts-vivant".

Ce type d'équipement fait partie du lot d'armes à feu que la plupart des Etats américains autorisent à la vente en libre-service car il émet une flamme de moins de trois mètres, a indiqué un porte-parole de la compagnie. Mais, tout le monde ne voit pas d’un bon œil l’arrivée sur le marché d’une telle marchandise, une arme potentiellement mortelle. L’Etat de Californie a essayé d’empêcher sa vente purement et simplement, en passant un amendement. N’ayant pas reçu suffisamment de voix, le projet de loi est encore en révision. L'Etat du Maryland est, pour l'instant, le seul à en interdire la vente.


D’après le site américain The Verge, la société postale UPS refuse de distribuer des objets contenant du propane hautement inflammable. Elon Musk pourrait décider de les faire distribuer par directement par des membres de son entreprise. Face aux critiques suscitées par la vente de ce lance-flammes, le magnat américain a fait le service minimum, postant un message sur le réseau social Twitter pour avertir les propriétaires de l'engin du risque. 

Si certains sont d’ores et déjà en vente sur eBay (à des prix pouvant aller jusqu'à 20.000 dollars), ceux qui ont gardé leurs lance-flammes l'utilisent pour des choses plutôt inattendues. Pour le moment, il n’y a pas eu d’appels d’urgence recensés. Cependant, 19.000 personnes supplémentaires auront bientôt cette arme entre les mains, et le risque grandira d’autant.

À côté de Tesla, SpaceX et SolarCity, le milliardaire américain a mis en chantier un réseau de tunnels souterrains sous les villes de Los Angeles et de Chicago, pouvant accueillir des transports individuels et collectifs à grande vitesse, histoire d’éviter les embouteillages. Mais la Boring Company fait tout autant parler d’elle pour ses projets sérieux que pour ses coup de com'. La destination des 10 millions de dollars qui seront récoltés grâce à ce gadget n'a pas été indiquée par l’entreprise. L'an dernier, une vente de casquettes arborant le logo de la compagnie - 50.000 exemplaires, au prix de 20 dollars l'unité - avait permis à l’entreprise d’Elon Musk de récolter pas moins de 300.000 dollars.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter