VIDÉO - Salon du mobile de Barcelone : on a testé HoloLens 2, la réalité mixte selon Microsoft

High-tech

NOUVEAU MONDE – De retour au Mobile World Congress, Microsoft a profité de l'occasion pour dévoiler cette semaine son nouveau casque de réalité mixte, HoloLens 2. Un outil qui élargit le champ des possibles pour les entreprises et les services. Nous avons pu basculer dans cette réalité bien séduisante.

Un oiseau vient se poser sur notre main, puis s'envole vers notre doigt. Notre œil suit sa folle course. Puis, alors que nous nous trouvons au milieu du Mobile World Congress, le salon de la téléphonie qui se tient à Barcelone jusqu'à jeudi, un diamant apparaît à hauteur de notre visage et il faut le suivre du regard.

Aucune substance illicite n'est à l'origine de notre bascule dans cette réalité parallèle, mais un nouvel accessoire signé Microsoft : le casque HoloLens 2. Après une première plongée sur ce marché en 2015, le groupe américain a profité de la grand-messe espagnole pour présenter son nouveau bébé. Et signer par la même occasion un retour prometteur sur le devant de la scène réalité virtuelle-réalité augmentée. En fait, en quatre ans, la firme de Redmond s'est taillé un joli rôle dans le monde professionnel avec sa proposition mêlant les deux types de réalité et offrant des solutions aux entreprises. 

Voir aussi

Plus ergonomique, plus puissant

HoloLens, ce sont en quelque sorte des lunettes avec des écrans sur lesquelles vont apparaître des informations, des hologrammes, des applications, etc. sans que l'utilisateur ne soit coupé du monde qui l'entoure à la différence d'un casque de réalité virtuelle. Ici, le virtuel se mêle donc au réel sous différents aspects. Un temps envisagé pour le jeu vidéo, HoloLens a rapidement séduit les sociétés qui ont rapidement adopté ce casque de "réalité mixte" ne nécessitant aucun raccordement à un ordinateur puisque celui-ci est déjà embarqué. Les projets de formation professionnelles, les simulations ou encore des réunions avec des hologrammes/avatars d'interlocuteurs ont été rendus possibles.

Rappelons que HoloLens premier du nom a longtemps souffert de problèmes récurrents sur l'ergonomie du casque, ses usages restreints ou encore son prix élevé qui l'écartait de toute façon du grand public. Venu sur scène dimanche, Alex Kipman, son inventeur, a tout reconnu avant d'expliquer que les griefs avaient été pris en considération pour concevoir son successeur, fruit de très nombreuses promesses aussi bien sur l'utilisation que les possibilités. Et l'on n'a pas été déçu.

Faire voler un hologramme, sauver un patient

Nous avons pu tester le casque à travers différentes petites expériences. Premier constat : que de progrès accomplis dans l'ergonomie ! Le champ de vision jusque-là extrêmement restreint a été doublé et offre un confort de visualisation quasiment naturel. Le casque se positionne beaucoup mieux et est agréable à (sup)porter grâce aux renforts de l'arceau. Sans que l'on sache si c'est un fait ou une impression, HoloLens 2 paraît plus léger du coup. Le calibrage est simple et rapide, et surtout parfaitement adapté à toute personne portant des lunettes.

Lorsque l'on commence l'expérience, les différents éléments qui apparaissent sur les deux écrans 2K du casque (un pour chaque œil) semblent plus que naturellement se noyer dans notre environnement. Les démonstrations réalisées sur scène (un piano virtuel, un cadre qui nous suit, un terrain de jeu façon paysage…) avaient déjà laissé cette impression. Elles se confirment casque sur le nez. 

Avec HoloPatient, nous voilà en train de jouer les infirmières. Face à nous, une patiente est allongée. Les informations relatives à son dossier médical apparaissent à l'écran sans gêner le champ de vision. HoloLens 2 a été remodelé et s'avère plus performant. La caméra embarquée est capable de scanner bien mieux notre environnement, mais aussi nos mains qui s'intègrent dans le dispositif, permettent plus de réactivité face aux hologrammes ou pour gérer les commandes virtuelles.

 Mais, petite nouveauté, HoloLens 2 répond efficacement aux commandes vocales. Le son est d'ailleurs l'un des éléments nouveaux de l'engin. Si l'on peut parler, on profite aussi mieux de la spatialisation des expériences (ici le bruit du rythme cardiaque du patient qui s'intensifie si on s'approche de lui). 

En vidéo

E3 2015 : Halo 5 en réalité augmentée avec le HoloLens de Microsoft

Nouveauté intéressante, HoloLens 2 peut désormais fonctionner avec d'autres appareils supportant la réalité augmentée (smartphone, tablette, etc.). Un utilisateur disposant d'un iPad peut ainsi partager l'expérience d'un autre utilisateur portant un casque HoloLens 2 et même interagir avec lui dans ce cadre. ARKit, élaboré par Apple, mise beaucoup sur la réalité augmentée avec de multiples expériences qui, en passant par le service Cloud de Microsoft, pourront être partagées avec HoloLens 2.

A 3.500 dollars (3.000 euros environ) annoncés ou 125 dollars (110 euros) par mois, HoloLens 2 a évidemment des visées professionnels, avec l'aide notamment d'un assistant virtuel et une déclinaison du casque pour être utilisés sur les chantiers. Un aspect un peu trop professionnel qui ne plaît d'ailleurs pas tout à fait aux employés de Microsoft qui ont aidé à concevoir le produit. 

Dans une lettre ouverte, ils ont demandé à Satya Nadella, le patron de la firme, de renoncer à un contrat de 480 millions de dollars (environ 422 millions d'euros) avec l'armée américaine qui devait être équipée en casques HoloLens 2. "Nous voulons donner notre avis sur la façon dont notre travail est utilisé", ont-ils écrit dans un communiqué. "Nous refusons de créer une technologie pour la guerre et l'oppression".

Ce à quoi Nadella a répondu, dans un entretien accordé à CNN Business, que l'entreprise n'allait "pas refuser la technologie à des démocraties élues afin de protéger les libertés dont nous jouissons", mais qu'il allait cependant discuter avec les employés. Une vision de la réalité mixte jusqu'au sein même de Microsoft...

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter