VIDÉO - On a testé Facebook Spaces ou quand l'amitié se met à la réalité virtuelle

DirectLCI
AMITIÉ VIRTUELLE – Vous avez plein d’amis sur Facebook, mais ils sont loin de vous. Pour peu qu’ils soient équipés d’un casque de réalité virtuelle, vous allez pouvoir organiser des réunions au sommet, des fêtes de folie et autres discussions endiablées. Nous nous sommes lancés dans l’espace social toujours plus virtuel imaginé par Mark Zuckerberg avec Facebook Spaces.

Dévoilé lors de la conférence F8 en avril dernier, le service Facebook Spaces est disponible depuis plusieurs semaines. Pour y accéder, un seul impératif : disposer d’un casque Oculus Rift. La startup pionnière de la réalité virtuelle a été rachetée à prix d’or par le géant de Palo Alto il y a près de trois ans et il était normal que ce dernier lui trouve une utilité. Voici donc une nouvelle façon d’interagir avec vos amis de manière encore plus ludique et colorée.


À l’occasion de l’événement Oculus Unwrapped organisé à Londres pour dévoiler les nouveautés du casque de réalité virtuelle, nous avons pu tester cette nouvelle fonctionnalité de Facebook qui se veut un espace de rencontre entre amis, virtuel, ludique et interactif.

Casque sur la tête, session connectée, nous voici propulsés dans un nouvel environnement qui s’apparente initialement à une véritable photo à 360 degrés. Fond d’écran qu’il est même possible de modifier si vous possédez une photo à 360° parmi vos clichés postés sur le réseau social. Il faut ensuite personnaliser son avatar, sur mesure ou modélisé depuis l’une de vos photos (profil ou album). Apparaît ensuite la liste de vos amis que vous pouvez faire venir dans votre écran. Il suffit de les appeler comme vous passez un appel vocal depuis l’appli ou le site internet Facebook.

Une amie, également équipée d’un casque Oculus sur un autre écran, apparaît à nos côtés autour de ce qui ressemble à une table centrale. C’est sur cette dernière que vont se dérouler bon nombre d’actions. Vous pouvez inviter jusqu’à trois amis dans votre réunion virtuelle. Il est ensuite possible de discuter normalement, faire des mini-jeux (morpion, ballon, dessin, jeu de dés ou encore une pêche à la ligne qui s’apparente sans doute au délire d’un des développeurs...).


Comme si nous étions physiquement ensemble, mon invitée et moi pouvons aussi nous prendre en photo à l’aide d’une perche à selfies, jouer les artistes virtuels associés, partager nos photos et vidéos à 360°, passer des appels comme depuis Facebook Messenger car toutes les fonctionnalités sociales de Facebook et de sa messagerie instantanée sont accessibles.


Mais là où Facebook Spaces devient vraiment fun, c’est grâce à sa capacité à créer une réunion virtuelle par l’intermédiaire d’un appel vidéo. Nous appelons alors l'un de nos contacts non doté du casque dédié. Il apparaît alors en vidéo dans le décor sur l’écran de notre smartphone virtuel et peut participer à la discussion avec nos deux avatars. Nous nous lançons même dans une vidéo en direct façon Facebook Live que l’on peut alors choisir de partager avec tous nos contacts ou des groupes sélectionnés. Et les commentaires apparaîtront dans votre environnement, de manière à pouvoir aussi jouer avec.

Facebook Spaces s’avère plus fun que nous l’espérions. Une façon d’échanger avec ses amis qui répond parfaitement aux attentes du réseau de Mark Zuckerberg : faire du social virtuel ou du virtuel social. On regrettera que les commandes ne soient pas toujours très fluides ou réactives malgré les manettes touch d’Oculus, mais il s’agit encore d’une version beta du service. 


A la vitesse à laquelle Facebook a conquis le monde, il ne reste qu’un petit souci pour voir Facebook Spaces se déployer : la nécessité de posséder un Oculus Rift, objet dédié principalement au jeu vidéo et qui, malgré sa baisse de prix, demeure onéreux (400 € hors ordinateur puissant pour le faire fonctionner). L’arrivée de l’Oculus Go, casque de réalité virtuelle portable et autonome qui n’a pas besoin de smartphone ou PC pour fonctionner, pourrait démocratiser l’expérience avec un prix annoncé à 200 dollars. Mais il faudra encore attendre au moins le printemps 2018 pour l’obtenir. De quoi ensuite atteindre le milliard d’équipements voulu par le patron de Facebook.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter