VIDÉO - Paris Games Week : ces parents qui jouent aux jeux vidéo avec leurs enfants

High-tech
DirectLCI
SOCIÉTÉ - Les jeux vidéo suscitent des craintes chez certains parents, notamment en raison de leur caractère addictif chez les plus jeunes. Allant à l’encontre de ces inquiétudes, une nouvelle génération de parents a choisi d'en faire un loisir que l'on pratique en famille.

Jouer à la console avec ses enfants. Si pendant longtemps, l'idée pouvait choquer certains parents, c'est de moins en moins le cas de nos jours. Pour preuve, les trois-quarts des Français considèrent en effet aujourd'hui ce loisir comme une activité à partager en famille, selon l'enquête annuelle "Les Français et le jeu vidéo" du Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs (SELL), présentée en octobre à l'occasion d'une conférence pour la Paris Games Week. Mieux, à en croire l'étude, pas moins de 62% le voient comme une activité sportive.


Devenus parents, les 30-45 ans qui ont grandi avec les jeux vidéo, prennent plaisir à se mesurer à leurs enfants sur console. Et notamment sur des jeux qu’ils ont pratiqués quand ils étaient eux-mêmes enfants, et qu’ils retrouvent avec bonheur et nostalgie, même si leurs anciens réflexes résistent parfois mal aux talents des plus jeunes. Etant toujours des joueurs réguliers à la naissance de leurs enfants, ils ont naturellement décidé d’intégrer le jeu vidéo à l’éducation de leurs progénitures. L'occasion de passer du temps ensemble et de partager des moments agréables en famille.

Tom, 42 ans : "J'habite en Afrique du Sud et lui en Europe du Nord, on essaye de jouer à des jeux multijoueurs pour garder le contact"

Depuis l'adolescence, Tom, 42 ans, a toujours été fan de jeux vidéo. "Je me rappelle quand mon fils est né, j'étais super content d'avoir enfin quelqu'un pour jouer avec moi", se souvient-il. Le jeu vidéo est devenu une passion commune qui permet à ce père et son fils de se retrouver, malgré la distance. "Actuellement, j'habite en Afrique du Sud et lui en Europe du Nord, on essaye de jouer à des jeux multijoueurs pour garder le contact."


D'autres pères ont dû apprendre à manier le joystick sur le tard. La quarantaine, Damien a pris deux billets pour la Paris Games Week avec l'intention de passer du bon temps avec Mathias, son fils de 8 ans. Le jeu vidéo, lui, ça n'a jamais vraiment été sa tasse de thé. "Au départ, c'est lui qui m'a transmis le virus du gaming. Enfant, je ne jouais pas beaucoup à la console, explique le père de famille. Je jouais avec Mathias surtout pour lui faire plaisir. Et puis, à force de m'entraîner, j'ai fini par m'améliorer et devenir un adversaire redoutable", assure-t-il, entre deux parties de NBA 2K18 sur Switch. 

Martin, 10 ans : "C'est tout aussi amusant de jouer avec son père ou sa mère qu'avec des copains"

Les yeux rivés sur l'écran, Franck, 43 ans, et Martin, son fils de 10 ans, sont en train de s'affronter à un jeu de stratégie. "Aujourd'hui, les graphismes des jeux vidéo sont de plus en plus réalistes et un certain nombre contiennent des scènes de violence. En tant que parent, on craint parfois que cela entraîne une confusion dans l'esprit de l'enfant. Cependant, c'est compliqué de l'interdire, alors qu'on y jouait, nous aussi, quand on avait le même âge qu'eux."


Le fait de jouer avec son fils permet à Franck d'avoir une proximité avec lui, et ainsi de déceler plus facilement un changement inhabituel dans son comportement. Martin, lui, ne s'en plaint pas et même bien au contraire. "C'est tout aussi amusant de jouer à un jeu avec son père ou sa mère, qu'avec des copains", philosophe le jeune gamer.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter