Quand la high-tech révolutionne la mode : voici le mannequin-robot qui s'adapte à toutes les tailles

Quand la high-tech révolutionne la mode : voici le mannequin-robot qui s'adapte à toutes les tailles

MADE IN FRANCE - Quand la high-tech et la mode font cause commune dans le domaine de l'innovation, cela donne un mannequin-robot capable de s'adapter à toutes les morphologies. Et cocorico, il s'agit d'une invention française !

Dans le milieu de la mode, il circule d’atelier en atelier. Il, c’est un mannequin un peu spécial, à l’origine d’une petite révolution dans le secteur. Evolutif, intelligent et couvert de capteurs, ce mannequin est une sorte de robot qui s’adapte à toutes les morphologies en quelques secondes.  Il suffit pour cela de rentrer les mesures du client dans un logiciel via une clé USB. Connecté à l’ordinateur, le mannequin se met alors automatiquement à la taille demandée. 

Intérêt principal : faire gagner de l’argent à l’entreprise. Pour les modélistes, ce travail sur-mesure avec 0 retrouche réduit en effet le temps consacré aux prototypes. Cela représente également moins de gaspillage et moins de matières premières. "Nous l’utilisons depuis septembre 2019. A minima, les gains de productivité sont de 20%" assure à TF1 Nacer Amedi, directeur des Etablissements Thierry à Caen. "Un directeur artistique qui reçoit sa toile 72 heures après nous avoir envoyé le croquis, sans avoir de retouches à faire, c’est un gain de temps pour tout le monde", ajoute-t-il.

Toute l'info sur

Le 20h

Lire aussi

Cette innovation qui pourrait entraîner la fin du traditionnel mannequin en bois est signée Audrey Bergenthal. En 2011, alors âgée de 28 ans, elle fonde la société Euveka et s’installe à Valence, dans la Drôme, pour créer, avec l’aide d’ingénieurs spécialisés, ce robot-mannequin adapté aux formes et mensurations réelles des femmes, notamment quand elles sont enceintes, et des hommes. "C’était très important de concevoir un système sur lequel on puisse tester avec fiabilité à la fois les mesures mais aussi comment un corps évolue dans ses tailles , explique-t-elle.

Après avoir conquis le marché du luxe et du sur-mesure, Audrey Bergenthal vise désormais de nouveaux clients, comme les sites de vente en ligne. Ceux-ci s’intéressent au mannequin-robot –qui se loue 2.000 euros par mois environ- pour mieux conseiller les acheteuses sur les tailles des vêtements qu’ils proposent.  Un 42 chez un fabricant peut en effet correspondre à un 40 chez un autre et à un 44 chez un troisième. "Chaque marque a sa propre référence de taille. Travailler avec Euveka nous permet de mieux comprendre la taille des produits qu’on va mettre en vente. Cela nous réduit le taux de retour des produits de manière drastique : il est  20 à 25% plus faible  que d’habitude", souligne Edouard Caraco, co-fondateur de The Bradery.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Loi "sécurité globale" : 62 blessés parmi les forces de l'ordre, 81 interpellations

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

Combien de convives autour de la table pour Noël et le jour de l'An ?

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

CARTE - Confinement : calculez la zone de 20 km autour de chez vous

Lire et commenter