VIDÉO - Taycan, premier pas de Porsche vers le... tout-électrique

High-tech

Toute L'info sur

La voiture électrique, le véhicule de demain ?

C'EST POUR DEMAIN - Le fait même que Porsche sorte son premier coupé 100% électrique fera date. Certes, Taycan, présenté il y a quelques jours à Berlin en marge du salon IFA des innovations, arrive sur un marché du haut de gamme électrique trusté par Tesla. Mais la marque Porsche lui donne une légitimité éminente. Porsche semble en fait ménager ses fans, pour une transition douce.

Dire que c'est un événement serait un peu en deçà de la réalité. Tous les constructeurs ou presque ont aujourd'hui au moins  une voiture électrique à leur catalogue. Mais pour une marque si emblématique, où le bruit du moteur et l'odeur de l'huile chaude font partie de l'expérience, c'est une révolution. D'autant que cette voiture-là n'a aucune visée utilitaire. C'est même tout sauf un véhicule "raisonnable". Privée de pot d'échappement, la Porsche Taycan, présentée officiellement il y a quelques jours à Berlin en marge du salon IFA des innovations qui se termine ce mercredi, est de fait mécaniquement plus respectueuse de l'environnement. Mais cet argument de vente-là n'est pas en haut de la liste.  

La promesse de Porsche, ébauchée avec un concept dévoilé il y a cinq ans et confirmée avec l'annonce du Taycan il y a deux ans seulement, c'est de produire une voiture électrique. Mais une voiture qui serait d'abord une Porsche. Voici donc Taycan, un coupé quatre portes qui dessine pour la firme de Stuttgart le début du chemin. 

Lire aussi

Irrésistibles atouts de l'électrique

Si Porsche se met à l'électrique, même à son rythme, c'est tout d'abord car il s'agit de la marche de l'Histoire, forcément. C'est aussi parce que l'électrique a des avantages techniques intrinsèques qui font la différence face à un moteur thermique, surtout quand il s'agit d'aller vite. Dans une voiture électrique, tout le couple est disponible immédiatement. Même sur une petite Zoe, on accélère à la vitesse d'une berline haut de gamme.  L'avantage est en revanche moins sensible pour ce qui est des vitesses de pointe. C'est d'ailleurs pour cela que l'essentiel des électriques n'ont qu'un embrayage à vitesse unique. De son côté, la Taycan a deux vitesses pour aller chercher plus loin sa vitesse maximum, jusque-là affichée à 250 km/h environ.

Côté spécifications, rien à redire, malgré ses quatre portes, Taycan est sportive. Plus de 750 chevaux partagés entre deux moteurs, 0 à 100 km/h en 2,6 secondes, une batterie de 100kW/h de capacité, et jusqu'à 450 km d'autonomie. S'il ne dispose pas, comme un Tesla, de son propre réseau de chargeurs, Porsche a intégré au véhicule deux prises de recharge -une de chaque côté-. Objectif : être compatible avec tous les types de chargeurs que le conducteur pourra trouver sur sa route.  Et tant que l'on parle de Tesla, si le pionnier de l'électrique accueille avec enthousiasme les nouveaux arrivants, certains de ses  fans ont voulu mettre les points sur les "i".

Dessiner l'avenir, ménager les fans

Et de fait, malgré la différence de prix, la nouvelle Porsche ne laisse pas la Tesla équivalente loin dans son rétroviseur. Mais peu importe, le premier atout d'une Porsche, c'est la marque. De quoi faire passer la pilule du prix, à partir de 155.000 euros pour le premier modèle. Porsche sait qu'il ne fera pas le gros de ses ventes de l'année en électrique. Il veut surtout inscrire le Taycan dans sa gamme existante, jusqu'à le baptiser "Taycan Turbo", ce qui n'a pas beaucoup de sens pour un moteur électrique.

À Stuttgart, on explique ce choix par un besoin de cohérence. Le constructeur dit déjà travailler sur un supercar à sortir dans 5 ans, en 2025, au moment où il s'attend à voir l'électrique représenter la moitié de ses ventes. Bref, la révolution aura bien lieu, mais sans à-coups. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter