VIDÉO - Quand la réalité virtuelle forme les chirurgiens

High-tech
DirectLCI
VIRTUALISATION - La start-up bordelaise SimforHealth a mis au point une formation médicale en réalité virtuelle. Il s’agit d’un entraînement, casque sur les yeux, à la pratique chirurgicale afin de permettre aux personnels hospitaliers d’apprendre les bons gestes.

Bistouri, incision, pansement. Il y a du sang qui coule, mais tout va bien. Vous n’avez plus qu’à retirer le cathéter et l’opération est terminée. Ouf, votre patient va bien et va s’en remettre. Et pourtant, vous n’êtes pas chirurgien. Ou du moins, pas encore.


La société bordelaise SimforHealth est derrière cette expérimentation en réalité virtuelle. Car tous les gestes que vous venez d’effectuer, casque sur la tête, ne sont pas le fait d’un jeu vidéo. Il s’agit réellement de l’enchaînement médical requis dans le cas d’une telle opération. "Nous avons créé cette simulation avec Harvard Medical International afin d’enseigner les gestes aux internes qui peuvent être confrontés à ce genre de situation en service d’urgence", explique Jérôme Leleu, président de SimforHealth.


Armés d’un casque de réalité virtuelle sur la tête – le HTC Vive Pro qui a le mérite d’être débarrassé de tous fils souvent encombrants-, nous voilà projetés dans une salle d’opération virtuelle. Heureusement, un autre soignant est à nos côtés pour nous guider. Chaque geste à effectuer est parfaitement expliqué, représenté sur l’écran du casque. Manettes en mains, nous les réalisons comme le demande la procédure. Ce sera exactement la même démarche à suivre dans une véritable salle d’intervention. Nous n’avons testé qu’une partie de l’expérience virtuelle qui prend en charge le formé des toutes premières minutes en salle de repos jusqu’au rangement de la salle d’opération.

De la formation ludique aussi par équipes

SimforHealth travaille depuis quelques temps à développer des cas cliniques virtuels pour "une approche immersive, interactive et collaborative" de la formation, que ce soit pour l'entretien médical comme pour l'opérationnel. On compte d’ailleurs parmi ses partenaires l’université de Stanford, le CHU de Nice ou encore des entreprises de pharmacologie comme Sanofi. Mais n’imaginez pas vous entraîner sur votre console de salon ou votre PC. Tout cela est destiné aux professionnels de santé. "Il nous semblait important qu’un professionnel de santé ne se retrouve pas confronté à un nouveau type d’intervention à effectuer pour la toute première fois sur un patient, souligne Xavier Abadie, directeur du développement international. Le patient que nous sommes parfois n’est jamais vraiment rassuré de savoir que la personne face à lui n’a jamais pratiqué l’intervention avant."


Depuis quelques années déjà, les nouvelles technologies sont utilisées en santé pour parfaire la formation, travailler à distance ou parfois même opérer à l’aide de robots. Chez SimforHealth, on a choisi l’apprentissage actif et immersif sous une forme se rapprochant du serious game (un jeu de type pédagogique avec des ressorts ludiques) et du simulateur 3D. Au CHU de Toulouse, on a choisi une piste similaire, mais au service du collectif. Pour renforcer la communication entre les équipes, un simulateur 3D propose différents scénarii aux joueurs. A eux de juger quel sera le bon choix au cours d’une situation donnée (opération, urgence, etc.).

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter