TEST - Galaxy Fold : le 1er smartphone pliable de Samsung est en vente à 2.020 €, faut-il craquer pour l'innovation ?

High-tech

NOUVEAUTÉ – Après un aperçu de sa première version au printemps avant que sa sortie ne soit reportée au dernier moment, le Galaxy Fold est de retour et, cette fois, bien en vente. Depuis ce mercredi, Samsung commercialise en effet son tout premier smartphone pliable. Nous l’avons (re)testé pour voir si la révolution annoncée (à 2.000 euros) était bien au rendez-vous. Notre verdict.

Il est enfin là et la révolution peut se mettre en marche. Le premier smartphone pliable de Samsung, le Galaxy Fold, est commercialisé en France depuis ce 18 septembre.

Dévoilé en février dernier à San Francisco, puis annoncé pour le 26 avril en Corée et aux Etats-Unis, le 3 mai dans le reste du monde (dont la France), le smartphone qui devait être une rupture et ouvrir une nouvelle ère dans la téléphonie mobile a connu un faux départ. La faute à des problèmes sur l’écran et la charnière rencontrés par des journalistes américains lors des phases de test. Tous les appareils avaient alors été rapatriés avant la sortie. Les ingénieurs du Coréen ont ensuite planché sur les soucis. Les solutions ont été trouvées et le Galaxy Fold peut donc faire son retour en version 1.1.

Lire aussi

Par rapport à l’appareil que LCI avait pu prendre en main au printemps, les changements ne sont pas flagrants et le concept reste le même : un smartphone capable de se muer en tablette en se dépliant. Et le Galaxy Fold est une belle bête : un appareil de 1,7 cm d'épaisseur replié, 16 cm de haut. Refermé, il arbore un très agréable écran Super AMOLED de 4,6 pouces -un peu étroit malgré tout. Il peut ensuite passer à une version ouverte de 7,3 pouces (le format d'un livre) avec un écran souple Dynamic AMOLED. 

Un grand smartphone qui se prend facilement en main

L'innovation se trouve donc dans cet écran flexible d’une vingtaine de centimètres de diagonale qui peut afficher jusqu’à trois applis en simultané. Ses deux parties sont fixées par une charnière, celle-là même qui fut l’un des points de crispation de la première version. Permettant à l'engin de s’ouvrir et se fermer plus de 200.000 fois sans encombre selon la promesse de Samsung, elle a été renforcée et même scellée en haut et en bas pour éviter de laisser passer poussières et eaux. Une impression de rigidité par rapport à la première mouture, mais qui n’empêche pas l’appareil de s’ouvrir et se fermer facilement. Cela donne en tout cas un peu plus de robustesse à l’ensemble. 

Autre sujet qui avait provoqué le faux départ du Galaxy Fold, le film de protection de l’écran souple est désormais inaccessible et parfaitement calé sous les bordures. Aucune chance d’être tenté de le retirer. L’écran a également été renforcé avec l’ajout d’un grillage métallique sous les multiples couches AMOLED souples.

Première bonne surprise : sa faible largueur replié (6,29 cm) permet de bien le tenir en main. Le Galaxy Fold n’est cependant pas fait pour être utilisé fermé. Il s’agit là d’un écran d’appoint pour marcher dans la rue, en suivant par exemple Google Maps qu’on pourra agrandir une fois le smartphone ouvert pour obtenir davantage d’informations. Pour passer ou recevoir un coup de fil, le Fold s'utilise forcément fermé comme un téléphone classique. Ouvert, on préférera assurer le coup en le prenant à deux mains, mais on apprécie la finesse de ses bords (6,9 mm) qui permet de bien le tenir.

Son intérêt réside cependant dans sa version grand écran –de la taille d’un iPad Mini. L’écran flexible est d’une excellente résolution et on peut lire, surfer sur le web, regarder ses vidéos voire jouer à Pokemon GO pour les plus accros avec un véritable confort. Le multi-affichage d’applications s'effectue aisément en glisser-déposer et l’on peut lire sans difficulté chaque fenêtre. La pliure centrale qui fit tant débat tend pour sa part à disparaître au fur et à mesure de l’usage (notamment sur les fonds clairs).

Pour pouvoir faire tout tourner, Samsung a doté son Galaxy Fold du plus puissant processeur Snapdragon 855, avec 12 Go de mémoire vive. Autant dire que c’est la fluidité et la rapidité au programme, même pour les jeux mobiles. Et niveau autonomie, l'appareil n’est pas en reste et tient largement la route près de deux jours. Il bénéficie aussi de la charge sans fil et du partage de batterie pour recharger au dos un autre téléphone par induction.

Du design, de la fonctionnalité et de la puissance

Samsung a promis que le design n’était pas le seul point qui avait été amélioré. L’expérience utilisateur aussi. Au printemps, nous avions pu constater lors de nos essais que le Galaxy Fold n’avait pas encore su adapter pleinement les différentes applications à son format de grand écran carré. Il n’était pas rare qu’elles soient gênées par le capteur photo en façade et s’affichaient mal. OneUI, la surcouche maison, a corrigé les travers et l’on peut compter sur plus d’une centaine d’applications mobiles opérationnelles dont Facebook, Instagram, les mails…

Et la photo ? Elle n’est pas en reste. On trouve un triple capteur au dos comme sur le Samsung Galaxy S10+, dont il reprend de nombreux traits. A l'avant, replié, il n'arbore qu'un seul capteur tandis qu'ouvert, on en compte deux dans l'encoche. Cela permet de prendre des photos dans n’importe quelle condition, que ce soit pour déclencher une prise rapide avec le Fold replié, utiliser le triple capteur du dos, faire un selfie rapide ou un selfie de groupe en format ouvert et se rendre compte du résultat possible avant la prise. Comme dans son fonctionnement global, le Galaxy Fold étend le champ des possibles. A chacun de décider ce qu’il veut faire avec. Et comme on avait pu en attester sur le Galaxy S10+ et sur le Galaxy Note10+ qui reprend la même recette, la photo est évidemment au top.

Au final, est-ce un smartphone qui se déplie en tablette ou une tablette qui se replie pour prendre moins de place et permettre de téléphoner ? La question reste entière, même si Samsung évoque "une tablette qui tient dans la poche". Une chose est en revanche certaine : la petite révolution apportée par l'écran pliable, voué à se généraliser tant chez le sud-coréen que ses concurrents. 

Bref,le numéro un mondial a réussi un travail impressionnant, tant sur le design que sur les possibilités et la puissance intérieure. L’effet Waouh est bien là et l’on a la sensation de tenir un produit très haut de gamme en main. Le smartphone est sans compromis et pensé multi-usages. Il faut quelques jours pour l’amadouer, l’adapter à son comportement et ses besoins. Mais l’essayer, c’est l’adopter si les grandes tailles d’écran ne vous effraient pas. Son prix (2.020 euros tout de même !) a cependant, lui, de quoi freiner les plus mordus. C’est aussi le prix de l’innovation. Samsung en a bien conscience et en a fait un produit "collector" qui ne sera disponible que dans 30 boutiques en France (dans dix villes) et jusqu’à la fin de l’année. Avant l’arrivée très rapide de ses petits frères…

SAMSUNG GALAXY FOLD – Prix : 2.020 euros – Disponible en Noir Cosmos et Argent Stellaire

Vendu avec une coque en kevlar, des écouteurs sans fil Galaxy Buds, une extension d’assurance d’un an en cas de panne ou casse.

En vidéo

Les secrets des smartphones pliables

FICHE TECHNIQUE

Ecrans Super AMOLED HD+ 4,6 pouces (smartphone fermé) et Dynamic AMOLED Infinity Flex 7,3 pouces HDR10+ (déplié)

Processeur Snapdragon 855 7 nm

12 Go de mémoire vive RAM

512 Go de stockage

Appareil photo – au dos : capteur principal grand angle de 12 MP (f/1.5-5.4), zoom optique 2x de 12 MP (f/2.4) et ultra grand-angle de 16 MP (f/2.2)

A l’avant : capteur 10 MP (f/2.2)

Sur l’écran ouvert : 10 MP (f/2.2) + 8 MP (f/1.9)

Autonomie : batterie de 4.380 mAh – Charge rapide, charge sans fil et partage de charge

Dual SIM dont eSIm

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter