VIDÉO - Waymo annonce l'imminent lancement (en vrai) du premier taxi sans conducteur

High-tech
PREM'S - Après sept ans et quinze millions de kilomètres de tests, la filiale de Google va ouvrir dans quelques semaines ses voitures autonomes au grand public dans l'Arizona, premier marché-test en vraie grandeur, avec Uber en ligne de mire.

Début 2019 restera dans les livres d'histoire comme le premier jour de la fin du taxi. Pas la voiture, juste le chauffeur. Quinze ans après les premiers prototypes de voitures autonomes, dix ans après avoir recruté ingénieurs et chercheurs pour travailler sur le sujet, Google -au travers de Waymo, sa filiale dédiée- va lancer à Phoenix, dans l'Arizona, ses premiers taxis sans conducteur, c'est-à-dire des voitures autonomes prêtes à accueillir leurs passagers sans assistance humaine à bord.


Les voitures proprement dites ne sortent pas de chez Google. Ce sont des monospaces Chrysler, qui roulent au sans-plomb et sont dirigés par une batterie de caméras et de capteurs que rajoute Waymo au véhicule original. Outre les monospaces, l'entreprise proposera aussi un service plus "limousine", et 100% électrique celui-là, sur base de Jaguar I-Pace.

Tout n'est pas encore connu du service lancé à Phoenix par Waymo. On ne sait notamment rien du tarif des courses, ni même le nom commercial de ces taxis autonome. Tout au plus sait-on désormais que les premières courses arriveront dans les deux mois à venir pour des passagers invités à venir se pré-inscrire sur le site de Waymo. Ils recevront alors l'application mobile qui leur permettra de commander une voiture. 


Des clients particuliers, mais pas seulement. Les entreprises pourront en effet aussi commander des courses pour leurs propres clients. Wal-Mart, le géant américain des hypermarchés, serait ainsi sur les rangs pour tester un service capable de vous ramener à la maison, une fois vos courses terminées. 

Encore quelques décennies de patience

Pour l'instant, tout cela n'existera qu'autour de la capitale de l'Arizona, dans une zone délimitée de 250 kilomètres carrés. Raisons possibles de ce choix : un climat désertique -les véhicules autonomes préfèrent le temps sec- et de larges avenues, de grandes banlieues au trafic plutôt calme. Bref, de quoi tester la partie commerciale du service sans risquer de surprise sur la conduite autonome proprement dite. 


Loin de n'être qu'un test de plus, l'arrivée de Waymo à Phoenix n'est que le début d'un déploiement massif. À ce jour, Google aurait pré-commandé à Chrysler plus de 60.000 de ses monospaces. À terme, outre les services de VTC, Waymo se verrait bien venir en relais de transports publics et trouver sa place dans la logistique et les camions de marchandise. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Jusqu'où ira l'intelligence artificielle ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter