VivaTech 2019 : vous voulez devenir espion ? La DGSE recrute au salon de l'innovation

Viva Technology
Avec
Avec
DirectLCI
REPORTAGE - En toute discrétion, les agents secrets français tiennent un stand cette semaine au salon VivaTechnology à Paris. Objectif : présenter leurs métiers et recruter des centaines de profils très numériques d’ici à 2022. Mais vous n’en saurez pas beaucoup plus.

Sur leurs badges, des prénoms, mais pas de nom de famille. “Christophe”, “Sébastien”, “Dominique” distribuent de petits dépliants aux visiteurs, parfois surpris de découvrir le stand, celui de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), le service de contre-espionnage français. Ils sont aussi là pour répondre aux questions. Plus exactement, à quelques questions simples, tout au plus.  S’ils sont ici, au salon VivaTechnology à Paris, c’est pour servir de vitrine discrète à la plus muette des organisations de la “Grande Muette”. 


But avoué : recruter, en nombre, de nouveaux spécialistes, pour une organisation dont les missions reposent aujourd’hui plus sur la technologie que sur l’imagerie de l’époque la Guerre Froide. “Nous ne sommes clairement plus dans le renseignement à la papa”, nous explique “Caroline”. Nous sommes désormais dans une course technologique. Et la DGSE est vraiment en pointe, mais nous n'en montrons rien", ajoute-elle. De quoi illustrer toute la difficulté à recruter d’une organisation qui doit garder le silence. 


Pour autant, sur les profils recherchés, le renseignement extérieur est plus prolixe. Vous êtes data-scientist, crypto-mathématicien, ingénieur en sécurité informatique, technicien en télécoms ? Alors votre CV intéresse la DGSE. Et pour cause : d’ici à 2022, ce sont plus de 1500 nouvelles recrues, toutes disciplines confondues, que l’agence devra séduire. 

“Plus qu’un job, une mission”"Caroline", agent de la DGSE

Depuis les attentats de 2015, le budget du renseignement et de ses moyens humains et techniques ont notablement augmenté et la campagne de recrutement s’est accélérée. Pour convaincre, on mise ici sur la promesse de l’excellence. “Nous sommes très bons en data mining, en big data, en cyber-défense, en intelligence artificielle. Nous avons une grosse capacité de recherches en interne".


Mais plus qu’un job intéressant - et que l’on affirme payé dans les bons standards du marché -, la vraie promesse de la DGSE, c’est l’engagement. Comme le dit “Caroline”, "quel que soit le job, maître d’hôtel ou data scientist, la mission est la même, c’est un vrai engagement pour le pays, avec des moyens conséquents.” Si votre CV est prêt, l’agence l’attend, à l’adresse dgse-macandidature.cer.fct@intradef.gouv.fr

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter