Voici Lina, la première voiture biodégradable

Voici Lina, la première voiture biodégradable
High-tech
ÉCOLO - C'est une première mondiale : une voiture recycable, construite à partir de matériaux 100% naturels. Au volant de cette prouesse technologique : des étudiants néerlandais qui espèrent bien révolutionner le secteur automobile.

Quand on pense au secteur automobile, on ne pense pas tout de suite à l'environnement. Et pourtant. De jeunes étudiants néerlandais comptent bien faire bouger les choses et faire de la quatre roues, un modèle écolo. Ces élèves de troisième année de l'université de technologie d'Eindhoven ont mis sur roues un prototype prometteur : une voiture recyclable. 


"Lina est la première voiture biostructurelle et biocomposite au monde", rapporte à Uskek & Rica Cas Verstappen, le scientifique à l'origine de ce projet fou. "Concrètement, cela veut dire qu'elle est construite à partir d'un composé biologique à base de lin ainsi que d'un plastique non chimique mis au point à partir de betterave à sucre." Sans grande surprise, sa motorisation est électrique.

Une voiture en lin

Cas Verstappen et ses élèves sont partis d'un constat simple : "Si on arrive de nos jours à fabriquer des voitures qui polluent moins lorsqu'elles roulent, on pollue davantage pour parvenir à les fabriquer." Les matériaux privilégiés tels que l'aluminium ou les fibres de carbone, certes moins lourds et moins polluants, conduisent à des émissions de CO2 accrues pendant la phase de construction. Les étudiants ont donc opté pour le lin. Lina est ainsi presque entièrement biodégradable, seuls le système de suspension et les roues doivent partir au recyclage.


Mais est-elle performante pour autant ? Et bien de manière assez surprenante, cette voiture n'a rien à envier à ses concurrentes électriques. Avec son poids de 310kg, Lina peut atteindre les 80km/h pour une autonomie de 100km, ce qui en fait une parfaite citadine.

Bientôt un deuxième prototype

Pour le moment, Lina n'en est qu'au stade du prototype. Elle n'a pas pu passer le "crash test", un test de résistance obligatoire pour être homologué. Le matériau "ne se plie pas comme du métal, mais se brise", explique le leader de l’équipe, Noud van de Gevel dans Daily Geek Show. Mais Lima n'a pas dit son dernier mot. "Nous ne comptons pas en rester là", assure Cas Verstappen. "Nous allons construire une seconde version sur le même concept. Nous voulons améliorer les matériaux et les rendre plus performants."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La voiture électrique, le véhicule de demain ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter