Voiture autonome : Ford et Volvo font les yeux doux à Uber

High-tech
Malgré toutes les critiques dont il est souvent la cible, Uber continue d'attiser les convoitises. Et notamment l'ampleur de sa flotte de chauffeurs. Le constructeur suédois Volvo a ainsi annoncé un partenariat avec le spécialiste du transport privé afin de l'équiper en voiture autonome d'ici deux ans. De son côté, Ford se lance aussi dans le combat avec son véhicule sans chauffeur.

Ça se bouscule au portillon pour conduire des Uber. La firme américaine a d'ailleurs indiqué qu'elle entendait très prochainement mettre en service des voitures autonomes à Pittsburgh (Pennsylvanie), après des tests encourageants réalisés aux Etats-Unis en début d'année. Et cela n'est pas tombé dans l'oreille de sourds.

 

Jeudi, Volvo a annoncé un partenariat avec le service de voiturage pour la mise à disposition de véhicules 100% autonomes. "Cela impliquera qu'Uber ajoutera les systèmes de conduite autonome qu'il a développés lui-même au véhicule de base Volvo", a expliqué le constructeur suédois. Les deux partenaires prévoient d'investir 300 millions de dollars dans le projet. En rachetant la startup Otto, Uber a récupéré un kit à adapter sur des véhicule qui permet d'ajouter une technologie de conduite sans chauffeur.

 

Des Volvo XC90 ont entamé des phases de test avec un ingénieur derrière le volant pour reprendre les commandes si nécessaire. Travis Kalanick, le patron d'Uber, a promis que le prix de la course dans une voiture autonome serait moins élevé que dans un véhicule classique.

 

Volvo et Uber sont particulièrement investis dans la reconnaissance des voitures sans chauffeur. Le premier a longtemps testé son premier modèle dans les rues de Göteborg depuis 2014 avant un déploiement plus large l'an prochain dans la cité suédoise et à Londres. Volvo s'est même allié avec Ford aux Etats-Unis pour fonder un lobby en faveur des voitures autonomes.

Uber ne voulant pas construire ses propres véhicules, Ford est aussi monté au créneau. Mardi, le constructeur américain a indiqué qu'il allait proposer ses véhicules autonomes à des sociétés de transport de passagers comme Uber ou à des services de taxi d'ici 2021. "Ni volant, ni pédale d'accélération ou de frein n'équiperont cette voiture qui ne requiert pas de conducteur", a indiqué le PDG de Ford, Mark Fields au site NewCoShift. Un projet qu'il a monté avec Baidu, une société multifacette aussi active sur internet que dans la fabrication de capteurs à technologie laser, très utile pour détecter les obstacles.


Avec des modèles proches de l'autonomisation totale, Volvo et Ford rejoignent ainsi Google Car qui a déjà lancé ses modèles sur les routes américaines ainsi que Delphi qui avait traversé plusieurs états pour ses phases de test, mais avec des voitures autonomes. Tesla, de son côté, a opté pour une mise en Autopilot temporaire. Le projet Titan d'Apple semble, lui, à l'arrêt.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter